Il dénonce les arrestations et se solidarise avec les détenus politiques : Nabni présente sa plateforme «Yetnahaw gaâ» | El Watan
toggle menu
dimanche, 17 novembre, 2019
  • thumbnail of elwatan20191117


Il dénonce les arrestations et se solidarise avec les détenus politiques : Nabni présente sa plateforme «Yetnahaw gaâ»

17 octobre 2019 à 10 h 08 min

Le collectif Nabni dénonce «les arrestations et mises sous mandat de dépôt abusives».

Dans une déclaration rendue publique hier, le collectif appelle à «la libération de tous les détenus d’opinion» et «manifeste sa solidarité avec toutes les victimes de l’arbitraire». «Face à l’accélération inquiétante des arrestations de manifestants pacifiques et de figures du mouvement populaire, et face aux intimidations de l’appareil sécuritaire contre certaines associations qui militent de manière pacifique pour l’avènement de la démocratie en Algérie – telles que le Rassemblement Actions Jeunesse ou les collectifs estudiantins –, Nabni manifeste sa profonde inquiétude face aux récents développements», souligne ce collectif qui rend publique sa plateforme «Yetnahaw gaâ», qui comporte «50 changements et contre-pouvoirs nécessaires pour démanteler les fondements du Système, ancrer la démocratie et ne plus jamais retourner à l’avant-22 février». «En réponse à cette revendication populaire, nous proposons une plateforme de changements qui ne se limite pas au départ des figures de l’ancien régime, mais qui appelle surtout à la déconstruction du Système, avec notamment la mise en place de contre-pouvoirs pour l’empêcher de se régénérer. Il s’agit d’élargir le champ du ‘‘gaâ’’ pour y inclure les racines du régime autoritaire et corrompu, c’est-à-dire les mécanismes de prédation, de clientélisme, d’opacité et de répression des libertés qui le fondent», précise ce collectif qui condamne dans ce sillage «ce recours à la répression et exprimons notre totale solidarité avec les personnes arrêtées et leurs proches, en espérant que le respect du droit prévaudra, et qu’elles seront toutes remises en liberté sans délai».

Saluant l’engagement «admirable» des avocats et des comités de soutien aux détenus, Nabni appelle «les autorités à respecter la liberté d’expression et de manifestation pacifique qui sont garanties par la Constitution algérienne et par le Pacte international relatif aux droits civils et politiques (articles 19 et 21) que l’Algérie a signé et ratifié».

Le collectif Nabni souligne que le peuple algérien, qui sort manifester tous les vendredis depuis le 22 février, «de façon exemplaire et pacifique», ambitionne «de voir notre pays engager une réelle transition démocratique». Tout en estimant que les services de maintien de l’ordre ont jusque-là, dans l’ensemble, «fait preuve d’une retenue dans la sécurisation des marches et rassemblements», Nabni regrette que «la série d’arrestations qui se sont accélérées vienne entacher cette belle page de l’histoire qui s’écrit sous nos yeux. Elle vient surtout mettre en sérieux péril l’issue de la crise et le climat d’apaisement et de confiance dont nous avons tous besoin pour engager cette transition sereinement».

Le collectif Nabni assure qu’il poursuivra «sans ménagement ses efforts pour accompagner la transition démocratique, notamment sur les questions de l’Etat de droit, de la gouvernance et des contre-pouvoirs citoyens, dans un cadre légitime et qui réponde aux aspirations exprimées par les citoyens algériens». Pour ce collectif, «ni une élection présidentielle, aussi libre et ouverte soit-elle, ni une nouvelle Constitution, aussi démocratique soit-elle, ne suffiront, seules, à ébranler les fondements du Système».


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!