Il a accompagné les premières années d’El Watan : Le corps de Khaled Melha, disparu le 31 juillet, retrouvé | El Watan
toggle menu
samedi, 16 novembre, 2019
  • thumbnail of 20191116


Il a accompagné les premières années d’El Watan : Le corps de Khaled Melha, disparu le 31 juillet, retrouvé

09 septembre 2019 à 10 h 05 min

Disparu depuis le 31 juillet dernier, le corps de Khaled Melha, journaliste franco-algérien et premier correspondant d’El Watan en France (1990 -1995), a été retrouvé par les gendarmes mercredi dernier, non loin de sa maison de campagne dans l’Isère, près de Grenoble

Selon les premiers éléments de l’enquête, «il s’agit très probablement du corps de Khaled Melha, mais l’identité sera confirmée avec certitude grâce à des tests ADN», a déclaré le procureur de la République Dietlind Baudoin dans un communiqué. Une autopsie pratiquée vendredi dernier ne montre aucune trace de violence ou d’intervention d’un tiers. 

Agé de 64 ans, Khaled Melha a travaillé comme secrétaire de rédaction au journal français Le Monde avant de s’engager dans l’aventure de la création du journal El Watan. C’est lui qui a d’ailleurs inspiré la maquette du premier quotidien indépendant algérien, avec notamment l’introduction de la caricature en première page. 

Ce fut une révolution dans la presse algérienne, dont les illustrations étaient traditionnellement faites avec des photos.  Au-delà de l’empreinte artistique et iconique apportée par Khaled Melha, ce dernier a joué un grand rôle dans l’exportation de l’image du journal El Watan en France et en Europe. Il fut son correspondant durant les premières années de sa création et avait su positiver l’image d’un journal naissant, dans un contexte politique des plus difficiles en Algérie, en contribuant à ce qu’El Watan soit regardé comme un journal sérieux et indépendant, loin de l’image obsolète qu’offrait le journal de l’Etat El Moudjahid. 

Doté d’une grande générosité, Khaled Melha a aidé de nombreux journalistes algériens qui ont fui le terrorisme lors de la décennie noire. Il en a hébergé plusieurs, leur a filé des piges pour qu’ils survivent et aidé même à la régularisation de leur situation administrative. Souriant et positif dans tout ce qu’il entreprenait, Khaled Melha a toujours gardé un lien indéfectible avec l’Algérie qu’il visitait régulièrement. Il aimait aussi la Méditerranée, notamment Marseille. 

Combattant pour les droits de l’homme, engagé dans toutes les luttes contre le racisme, Khaled Melha, au-delà de son talent de journaliste, était un homme dont l’empathie n’avait d’égale que son optimisme pour un monde meilleur. Le corps de notre confrère Khaled Melha a été retrouvé par un garde-chasse mercredi dernier vers 20h, dans un champ en jachère éloigné des voies de circulation, donc invisible depuis les alentours. 

Des tests ADN seront réalisés mardi ou mercredi prochain pour confirmer s’il s’agit vraiment de lui. Mais selon sa fille Amel Melha, le corps retrouvé portait les mêmes vêtements que son papa lorsqu’il avait quitté son domicile, le soir du 31 juillet. 

Dès sa disparition, la brigade de gendarmerie de l’Isère avait lancé de nombreuses recherches dans la région et même au-delà pour tenter de retrouver le journaliste qui souffrait d’un début d’Alzheimer.  


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!