Hospitalisé après les manifestations du vendredi 12 avril : Le jeune Ramzi Yettou succombe à ses blessures | El Watan
toggle menu
lundi, 26 août, 2019
  • thumbnail of elwatan20190826

  • Pub Alliance Assurance




Hospitalisé après les manifestations du vendredi 12 avril : Le jeune Ramzi Yettou succombe à ses blessures

21 avril 2019 à 9 h 05 min

Blessé lors des manifestations du vendredi 12 avril, le jeune Ramzi Yettou est décédé ce vendredi à Alger. Agé de 23 ans, le jeune manifestant, admis à l’hôpital Mustapha vendredi 12 avril, a succombé à ses blessures avant-hier. Il serait mort des suites d’une blessure à la tête lui ayant provoqué une hémorragie interne.

Il a été enterré hier à Alger.

Dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux, la famille du défunt accuse directement la police d’avoir tabassé son fils Ramzi, entraînant ainsi sa mort. La famille rejette catégoriquement la thèse avancée par la DGSN indiquant que l’origine de la blessure de Ramzi serait due à une chute d’un camion. «Nous ne comptons pas lâcher l’affaire.

Nous avons perdu notre fils et nous ne comptons pas lâcher notre droit à la vérité et à la justice. Justement, nous avons déposé plainte aujourd’hui (samedi) et c’est aux instances judiciaires de faire éclater la vérité», déclare Fethi Yettou, le frère du défunt Ramzi. Selon ses propos, il y aurait plusieurs personnes prêtes à témoigner dans cette affaire.

Elles seront entendues demain par la police. Face à toutes ces accusations, la DGSN refuse de faire de déclarations à ce sujet et préfère laisser le parquet se prononcer et dévoiler la vérité.

Toutefois, selon une source proche du dossier, le médecin légiste aurait mentionné dans son rapport d’autopsie la présence de blessures causées par un objet contondant.

Selon notre source, la police ne possède pas d’objet pareil, sauf les matraques qui ne sont jamais utilisées sur la tête. Les parents de la victime réclament le recours aux enregistrements vidéo étant donné que le drame est survenu près de la direction des Douanes, à proximité de la gare de Tafourah, une zone dotée de télé-surveillance.

Signalons que Ramzi Yettou est la seconde victime depuis le 22 février, date du début du hirak. La première est Hassan Benkhedda – fils de Benyoucef Benkhedda – décédé lors de la marche du 1er mars.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!