Grogne des retraités, radiés et invalides de l'ANP à Bouira | El Watan
toggle menu
mardi, 19 novembre, 2019
  • thumbnail of elwatan20191119


Grogne des retraités, radiés et invalides de l’ANP à Bouira

11 juillet 2019 à 9 h 49 min

C‘est en présence d’un dispositif important des services de l’ordre que des dizaines de retraités, radiés et invalides de l’ANP ont tenu, hier, un rassemblement de protestation devant le siège de la wilaya de Bouira, a-t-on constaté sur place.

Les contestataires, venus de plusieurs localités de la wilaya, ont exigé la priorité en termes d’accès au logement et à l’emploi. Les protestataires, qui n’en sont pas à leur première action, ont dénoncé le fait «qu’aucun quota de logements ne leur a été réservé», alors que cette catégorie, soulignent-ils, s’est sacrifiée durant des années dans le cadre de la lutte antiterroriste, a déploré Smail Boutaren, le porte-parole des radiés de l’armée. Notre interlocuteur a évoqué au passage que les autorités locales ont été destinataire d’une note émanant du ministère de la Défense nationale afin de «prendre en charge les doléances exprimées par les anciens militaires» concernant l’accès au logement et à l’emploi. Il s’agit, selon toujours notre source, de mesures prises par le MDN, par rapport aux revendications soulevées par les différentes catégories, radiés, retraités et invalides de l’armée. «Nous sommes ici pour demander une audience au premier responsable de la wilaya afin de discuter de nos problèmes et lui soumettre nos doléances», a ajouté un autre manifestant. En plus du problème de logement, soulevé par les contestataires, ces derniers ont exigé des postes de travail au niveau des établissements publics. «Nous avons des familles à charge.

Et nous n’avons pas la possibilité de réintégrer les rangs de l’armée», dit avec beaucoup de peine un invalide de l’ANP, insistant pour que la référence à la période tragique de la décennie noire soit mise en évidence dans le traitement des dossiers et revendications de cette catégorie. «J’ai perdu un bras au cours d’une embuscade. J’ai trois enfants à ma charge», a-t-il déclaré, en rappelant que la catégorie des radiés et invalides est la plus affectée par la misère, d’autant plus que le nombre de ces ex-militaires ayant combattu le terrorisme avoisine les 25 000 éléments. «Certains ont même perdu la raison. D’autres vivent dans l’anonymat et dans la pauvreté», a-t-on regretté par ailleurs.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!