Grâce au regain de mobilisation à Constantine : Le hirak récupère son espace de débat | El Watan
toggle menu
samedi, 31 octobre, 2020
  • thumbnail of elwatan05102020





Grâce au regain de mobilisation à Constantine : Le hirak récupère son espace de débat

19 janvier 2020 à 10 h 08 min

Le hirak a repris ses droits à Constantine en ce vendredi, 48e acte de la mobilisation citoyenne. En récupérant l’espace initial du forum populaire et en repoussant les baltaguia jusqu’à leurs retranchements. Les manifestants, revigorés, n’ont pas effectué deux marches, mais plutôt trois.

Et ce n’est pas tout. Ils sont allés prolonger la contestation par une autre action, celle du débat. Privés de leur lieu, en l’occurrence la place Ahmed Bey, depuis trois semaines pour raisons sécuritaires, les hirakistes ont été contraints de déloger le forum populaire à la place Colonel Amirouche.

L’endroit n’est pas spacieux et ne se prête pas à ce genre de rassemblement, mais tous s’y sont adaptés pour la bonne cause. Cette situation est intervenue depuis qu’un groupe de baltaguia s’est invité à la 45e marche hebdomadaire et dont les desseins ne prêtaient nullement à équivoque. Une incursion commise par une trentaine d’individus, transportés par bus.

Ces éléments perturbateurs ont investi la rue pour croiser le fer avec les manifestants pacifiques. Sous l’œil passif de la police, ils ont usé de toutes les formes de provocations verbales. Il n’y a pas eu d’escalade en vertu de l’esprit de la Silmya.

De l’escarmouche à la confrontation physique, il n’y avait qu’un pas, mais c’était sans compter sur l’attitude responsable des marcheurs. Or, les baltaguia ne comptaient pas s’arrêter là. Visiblement, ils voulaient en découdre avec certains activistes. L’un d’entre eux, accompagné de trois de ses camarades, a été victime, à la fin de la marche du 27 décembre, d’une tentative d’agression, à quelques mètres de l’endroit où se tient le forum hebdomadaire. L’activiste, dont le véhicule a été cerné par au moins quatre baltaguia armés de couteaux et de sabres, a réussi à prendre la fuite, très choqué mais fort heureusement sans être blessé.

Depuis cet incident grave, le forum a été transféré ailleurs pour préserver la vie de ses animateurs et ses participants. Du moins jusqu’à en arriver à bout de ces pantins de la contre-révolution. Vendredi après l’autre, le regain de mobilisation a fait l’effet escompté. Les citoyens, qui ont marqué une défection, sont revenus dans la rue, tant les velléités d’anéantissement du hirak sont persistantes.

La détermination du mouvement populaire a eu le dernier mot. L’engagement des baltaguia n’aura in fine duré qu’un temps. Leur nombre se compte actuellement sur les doigts de la main, leur force de frappe s’est réduite à trois pancartes. Leurs slogans sont devenus inaudibles, leur action quasiment annihilée. «Les embûches mises sur le chemin du hirak ne se comptent plus, sauf qu’il a toujours réussi à les contourner, cela fait presqu’une année que le peuple est dans la rue sans faillir, ni douter de son combat, et ce n’est certainement pas une poignée de perturbateurs qui stoppera sa marche, personne ne se rend compte de leur présence, ils sont invisibles devant cette foule», peut-on saisir des différentes interventions.

La récupération du lieu du forum populaire, lieu emblématique baptisé symboliquement «place du Forum du hirak» avait l’effet d’une victoire, voire d’une libération. Elle a été célébrée par des slogans et des chants. Un moment de liesse qui remplit le cœur de tous ces manifestants, un moment de communion immortalisé par des vidéos. Et partant, la confrontation des idées peut reprendre de plus belle.

Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!