Fortes perturbations dans l'alimentation en eau potable : Les causes de l’échec | El Watan
toggle menu
jeudi, 22 août, 2019
  • thumbnail of elwatan20190822



  • Pub Alliance Assurance


Fortes perturbations dans l’alimentation en eau potable : Les causes de l’échec

15 août 2019 à 10 h 20 min

Malgré toutes les promesses formulées, notamment par l’actuel ministre des Ressources en eau, l’approvisionnement en eau potable a été fortement perturbé durant les jours de l’Aïd El Adha. Situation qui perdure, malgré l’abondance de la ressource.

Résultat : grande colère des citoyens, manifestations et routes coupées.

Les habitants de Lakhdaria, commune distante de 45 km du chef-lieu de la wilaya de Bouira, ont coupé l’autoroute Est-Ouest obstruant l’accès de et vers la capitale. La cause : des robinets à sec depuis plusieurs semaines. D’après leurs dires, les autorités locales et l’Algérienne des eaux, dont ils ont fermé le siège, n’ont pas pris en considération leurs doléances. L’unique solution trouvée était de sortir et barricader la bretelle autoroutière. Les habitants de l’ex-Palestro ne sont qu’un échantillon d’un problème récurrent, devenu coutumier à chaque saison estivale.

Dans les autres wilayas de la Kabylie, les habitants ont été contraints de revenir aux anciennes méthodes d’approvisionnement, à savoir le remplissage depuis les sources et le recours aux camions-citernes dispensés par les APC. Pour les habitants, la survenue de telles pénuries est inadmissible, alors que leurs habitations sont à proximité du barrage de Koudiat Asserdoune.

La situation est similaire à Blida, Médéa, Laghouat, Sétif, M’sila et certaines wilayas de l’Oranie, telles que Sidi Bel Abbès. Même la capitale, qui est normalement desservie en H24, a été lourdement pénalisée durant le premier jour de l’Aïd. Les Algérois ont été surpris de voir leurs robinets à sec dès 10h.

Quand l’eau est revenue en fin de journée, voire le lendemain dans certaines communes, elle aurait apparemment perdu de sa qualité. Dans la localité de Aïn Naadja, dans la commune de Birkhadem, les habitants déploraient la présence d’une eau carrément gluante.

Toutes nos tentatives pour avoir la version de la Société des eaux et de l’assainissement d’Alger (Seaal) se sont avérées vaines. Toutefois, sur sa page Facebook, Slimane Bounouh, directeur d’exploitation au sein de cette entreprise, évoque un pic de consommation réduisant ainsi les niveaux de stockage de l’eau. «La plupart des réservoirs de distribution sont à un niveau de remplissage bas, du fait de la consommation exceptionnelle enregistrée aujourd’hui.

Tout le dispositif de permanence œuvre actuellement pour reconstituer les stocks. La situation se rétablira progressivement en fin d’après-midi», lit-on sur la page. Une question s’impose : les responsables de Seaal ne savaient-ils pas que contrairement aux autres fêtes religieuses, l’Aïd El Adha est une fête consommatrice d’eau ?

Les explications de l’ADE

De son côté, l’Algérienne des eaux (ADE) explique ces grandes perturbations par plusieurs facteurs. «Nous avons déploré une coupure de l’énergie électrique au niveau de la station de pompage de Koudiet Asserdoune, impactant ainsi l’alimentation de quatre wilayas, à savoir Bouira, Tizi Ouzou, M’sila et Médéa. Ce même problème est déploré à Sidi Bel Abbès impactant l’approvisionnement en eau potable de 3 communes, à savoir Ras El Ma, Rjem Demouche et Oued Sbaa. Je tiens à préciser dans ce sens que l’ADE ne pointe aucune autre institution du doigt concernant cet incident qui peut arriver à tout moment.

L’alimentation y a repris graduellement. Pour les autres wilayas, nous avons déploré des perturbations dans quelques communes seulement, dues à plusieurs facteurs», déclare Chafia Abid, directrice de l’information à l’ADE, qui cite les pics de consommation suite à la canicule jumelée à un manque de la ressource, comme cela a été le cas dans la wilaya de Bordj Bou Arréridj.

Elle rappelle que l’évaluation se fait sur les 44 wilayas, regroupant 28 millions d’habitants, que gère l’ADE. Les perturbations ne représentent, selon ses propos, que 2% du taux d’alimentation général durant ces deux jours de l’Aïd dans leur bilan. D’après elle, la ressource est de manière générale suffisante. Sur cette base, l’Algérienne des eaux a augmenté la production journalière en eau potable de 10 à 15% pour arriver à 5 millions de mètres cubes par jour. «Nos espaces sur les réseaux sociaux sont notre point de départ pour intervenir plus rapidement auprès de nos clients. Nous y collectons l’information directement du citoyen concerné.

Cela s’ajoute à notre travail fait sur le terrain. Toutefois, les incidents sont inévitables», conclut-elle. Des experts ont longtemps appelé à diversifier les sources d’énergies pour les stations et équipements de gestion et de pompage de l’eau. Le temps que des solutions réelles et efficaces soient engagées, le citoyen reste le seul à faire les frais de cet échec à répétition et à s’approvisionner en eau à sa manière, au risque de sa santé.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!