FFS : Démission de trois membres de l’Instance présidentielle | El Watan
toggle menu
samedi, 31 octobre, 2020
  • thumbnail of elwatan05102020





FFS : Démission de trois membres de l’Instance présidentielle

29 février 2020 à 10 h 25 min

Trois des cinq membres de l’instance présidentielle (IP) du Front des forces socialistes (FFS) ont pris la décision, avant-hier, de démissionner de leurs postes. Il s’agit de Mohand Amokrane Cherifi, Sofiane Chioukh et Brahim Meziani.

Une démarche motivée, selon un communiqué signé par les trois concernés, par leur souci de mettre fin à la crise qui secoue le parti depuis 2016. Il est surtout le résultat de l’échec de l’opération de médiation interne enclenchée par cette formation politique depuis quelques temps déjà.

A cet effet, les démissionnaires estiment que «pour retrouver dans l’immédiat la stabilité et l’unité du parti garanties par l’IP, seule l’élection d’une nouvelle instance présidentielle permettra d’y parvenir, car la voie utilisant les structures actuelles pour organiser un conseil national puis un congrès national ordinaire est longue et ne réunit pas les conditions de sa réussite, en l’absence d’un large consensus».

Ainsi, «les trois membres de l’IP engagent leurs démissions respectives pour convoquer un congrès national extraordinaire au mois d’avril 2020, conformément à l’article 48 des statuts, sur la base de la composante définie par l’article 34 des statuts, avec pour ordre du jour unique : l’élection d’une nouvelle instance présidentielle».

En effet, l’article 48 des statuts du FFS stipule que «si le nombre des membres de l’instance présidentielle est réduit à moins de trois (3), un congrès extraordinaire est convoqué pour élire une nouvelle instance présidentielle». Dans l’article 34, par contre, il est signifié que «la composition du congrès extraordinaire est la même que celle du dernier congrès».

Dans leur déclaration, Cherifi, Chioukh et Meziani indiquent que «la date du congrès ainsi que ces démissions seront actées après aboutissement des démarches administratives relatives à la tenue du congrès dans les délais prévus». «Le président de la CPCN (commission de préparation du congrès national) est instruit d’installer la CPCN dans les plus brefs délais, afin de mettre en place les modalités d’organisation de ce congrès selon les prérogatives qui lui sont dévolues par les statuts et le règlement intérieur du parti», ajoute-t-on encore. Cette décision va-t-elle amorcer le début de la fin de la crise du FFS ?

En tout cas, les militants du parti espèrent un dénouement rapide, la crise n’ayant déjà que trop duré. Il faut signaler, par ailleurs, que les membres restants de l’IP sont Ali Laskri et Hayat Tayati. Les cinq membres avaient été élus lors du congrès extraordinaire d’avril 2018. Il avait été organisé justement dans l’objectif de mettre fin à cette crise, mais sans résultats.

Pis encore, le FFS s’est retrouvé, depuis, scindé en deux parties, avec deux secrétaires nationaux, d’un côté Hakim Belahcel et de l’autre Belkacem Benameur.

Donc, le congrès extraordinaire de 2018 n’a rien réglé finalement. Il faut signaler que le dernier congrès ordinaire du FFS, le cinquième, a eu lieu en mai 2013.

L’objectif recherché aujourd’hui à travers la démission de ces trois membres est ainsi de mettre sur pied une instance présidentielle qui puisse concilier, à terme, les différents avis afin d’arriver à organiser un congrès ordinaire qui mettra définitivement fin à la crise.

Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!