Fertial perd son statut d'opérateur économique agréé | El Watan
toggle menu
lundi, 30 janvier, 2023
  • thumbnail of elwatan10072021

Les douanes algériennes imposent un contrôle a posteriori sur ses exportations d’ammoniac vers l’Espagne

Fertial perd son statut d’opérateur économique agréé

07 avril 2019 à 9 h 38 min

Fertial, société algéro-espagnole spécialisée dans la commercialisation des engrais azotés et phosphatés, est dans l’œil du cyclone. Elle est frappée de plein fouet par une nouvelle affaire de transfert illicite de devises, dans laquelle des responsables algériens et étrangers seraient impliqués.

En effet, la direction régionale des Douanes algériennes de Annaba vient d’ôter Fertial de sa liste des entreprises bénéficiant du statut d’Opérateur économique agréé (OEA). Ainsi, Fertial vient de perdre les faveurs du «couloir vert» et subira, désormais, le contrôle de toutes ses exportations et importations. Selon des sources douanières, le service régional des contrôles a posteriori (Douanes) a convoqué, début mars dernier, le directeur commercial de Fertial, dont le siège de la direction générale est implanté à Annaba.

La cause, révèlent nos sources, est que les contrôleurs veulent confirmer ce trafic en mettant sous la loupe toute la facturation des exportations d’ammoniac de Fertial (Algérie) vers son client Fertiberia (Espagne), deux filiales du groupe Villar Mir. «Le groupe espagnol Villar Mir, actionnaire à 49% dans le capital de Fertial, aurait recouru à de fausses déclarations dans les différentes opérations d’exportation d’ammoniac vers sa filiale espagnole Fertiberia à l’effet de payer les surestaries des navires qui lui appartiennent, alors que le gouvernement algérien a émis un décret limitant le paiement de ces indemnités.

Ce qui servit à une surfacturation. L’actuelle responsable commerciale aurait joué le rôle d’intermédiaire entre Fertial et son client Fertiberia en procédant au changement du prix unitaire du produit (ammoniac), immédiatement après le départ de chaque navire.

Pire, elle serait soupçonnée d’avoir violé à plusieurs reprises le décret présidentiel n°11-383 du 27 Dhou El Hidja 1432, correspondant au 23 novembre 2011, qui régit l’exportation des produits dangereux de nitrate d’ammonium, et ce, en procédant au changement sur le connaissement du nom du destinataire final, légalement non autorisé par l’Etat pour l’obtention de ces produits sensibles», expliquent les mêmes sources.

Constatant une différence flagrante des prix entre les factures initiales et celles définitives, les Douanes algériennes ont instruit le dossier en décidant l’ouverture d’une enquête qui concernera, dans un premier temps, trois opérations d’exportation d’ammoniac, effectuées en 2017. «Pour remonter l’historique des opérations d’exportation d’ammoniac, la directrice commerciale de Fertial a été sommée de présenter les premières factures et celles définitives établies durant le second semestre de 2017», affirment nos sources.

Ainsi, Fertial a fini par perdre la confiance des autorités nationales envers les dirigeants de cette société, dont Ali Haddad, le propriétaire du groupe ETRHB, qui vient de céder ses actions (17%) au groupe Asmidal avant d’être écroué. Ironie du sort, ce même groupe privé avait tenté, en 2018, de récupérer les 49% des actions du groupe espagnol Villar Mir à la faveur des intentions de ce dernier de quitter l’Algérie. «Suite à la volonté affichée par Villar Mir de se désengager totalement de Fertial, le groupe ETRHB a exprimé, en août 2018, sa volonté d’engager des négociations auprès de ce partenaire pour reprendre ses parts dans Fertial (49%)», rappellent nos sources.

Outre le transfert illicite de devises, l’entreprise Fertial que gère Stéphane Dieudé, le directeur général, est au cœur d’une enquête, déclenchée par les services de sécurité de la wilaya de Annaba, qui concerne sa gestion ayant trait aux opérations d’importation des matières premières, où l’on soupçonne, également, un trafic sur la qualité de ces produits, dont le sulfate de potassium. Pour rappel, le groupe de Villar Mir est sur le point de quitter l’Algérie.

Il a signifié aux autorités algériennes sa volonté de se désengager en proposant la cession de ses actifs (49%) dans le capital de Fertial à Sonatrach, ou son partenaire Asmidal. Contacté pour plus de détails, Stéphane Dieudé était injoignable. Affaire à suivre…


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!