Ferhat Aït Ali, Attar, Berraki, Hamidou et Chiali remerciés | El Watan
toggle menu
lundi, 08 mars, 2021
  • thumbnail of elwatan07032021




Tebboune a procédé hier à un remaniement partiel du gouvernement

Ferhat Aït Ali, Attar, Berraki, Hamidou et Chiali remerciés

22 février 2021 à 10 h 40 min

Le président Abdelmadjid Tebboune a procédé hier à un remaniement partiel du gouvernement, comme il l’avait annoncé jeudi dans son discours à la nation. Les ministères de souveraineté n’ont pas changé de main. Il s’agit d’un léger lifting. Le chef de l’Etat a limogé Ferhat Aït Ali Braham (Industrie), Abdelmadjid Attar (Energie), Arezki Berraki (Ressources en eau), Mohamed Hamidou (Tourisme), Nassira Benharrats (Environnement) et Farouk Chiali (Travaux publics).

Ce léger remaniement a un peu surpris les observateurs, en ce sens qu’ils s’attendaient à un changement plus profond. Il faut rappeler que plusieurs ministres, qui ont fait l’objet de critiques de citoyens pour leur gestion, ont conservé leurs postes.

Le remaniement annoncé jeudi soir par le président Abdelmadjid Tebboune a été opéré hier. Pas de grands changements. Un léger lifting qui n’a pas touché les ministères de souveraineté. En effet, en plus du maintien attendu du Premier ministre, Abdelaziz Djerad, les quatre ministres de souveraineté, à savoir ceux des Affaires étrangères, Sabri Boukadoum, de l’Intérieur, Kamel Beldjoud, des Finances, Aymen Benabderrahmane, et de la Justice, Belkacem Zeghmati, ont bien gardé leurs postes.

Sept ministres ont été limogés. Il s’agit des ministres de l’Energie, Abdelmadjid Attar, des Ressources en eau, Arezki Berraki, de l’Industrie, Ferhat Aït Ali, du Tourisme, Mohamed Hamidou, de l’Environnement, Nassira Benharrats, des Travaux publics, Farouk Chiali, de la Numérisation et des Statistiques, Mounir Khaled Berrah.

Le chef de l’Etat a réduit le nombre de postes au sein de ce nouveau gouvernement. En effet, il a fusionné le ministère de l’Energie avec celui des Mines. Un département important qui est désormais confié à Mohamed Arkab, qui était en charge des Mines. Aussi, le département des Travaux publics et celui des Transports ont été fusionnés. Leur gestion est confiée à Kamel Nasri, qui était en charge du secteur de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville. Il a été remplacé à ce poste par Tarek Belaribi.

Aussi, trois ministères délégués ont été supprimés. Il s’agit du ministère délégué auprès du ministre du Commerce chargé du Commerce extérieur, occupé par Aïssa Bekkai, du ministère délégué auprès du ministre de l’Environnement chargé de l’Environnement saharien, occupé par Hamza Al Sid Cheikh, du ministère délégué auprès du Premier ministre chargé de la Prospective, dirigé par Mohamed Cherif Belmihoub.

Quant aux nouvelles nominations, Mohamed Ali Boughazi est le nouveau ministre du Tourisme, de l’Artisanat et du Travail familial. Mohamed Bacha a été nommé à la tête de l’Industrie, Dalila Boudjemaa à la tête du département de l’Environnement et Hocine Cherhabil de celui de la Numérisation et des Statistiques. Aussi, Mustapha Kamel Mihoubi est nommé nouveau ministre des Ressources en eau. Il était le secrétaire général de ce même ministère.

Les autres membres du gouvernement ont conservé leurs portefeuilles, à l’instar de Ammar Belhimer, ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, Chems Eddine Chitour, ministre de la Transition énergétique et des Energies renouvelables, Tayeb Zitouni, ministre des Moudjahidine, Youcef Belmehdi, ministre des Affaires religieuses, Mohamed Ouadjaout, ministre de l’Education nationale, Abdelbaki Benziane, ministre de l’Enseignement supérieur, Hoyam Benfriha, ministre de la Formation et de l’Enseignement professionnels, Malika Bendouda, ministre de la Culture et des Arts, Sid Ali Khaldi, ministre de la Jeunesse et des Sports, et Kamel Rezig, ministre du Commerce.

Ce léger remaniement a un peu surpris les observateurs, en ce sens qu’ils s’attendaient à un changement plus profond. Il faut rappeler que plusieurs ministres, qui ont fait l’objet de critiques de citoyens pour leur gestion, ont conservé leurs postes, à l’instar de ceux du Commerce et de l’Agriculture.

Pour certains, ce remaniement partiel du gouvernement semble dicté par le contexte préélectoral. En effet, le gouvernement Djerad III aura à gérer les affaires jusqu’à la tenue des élections législatives anticipées, qui devraient avoir lieu en juin prochain. Après cette date, le chef de l’Etat devra procéder à un changement de gouvernement, qui devrait avoir des couleurs politiques, selon les résultats obtenus lors de ce scrutin.

10 circonscriptions administratives du Sud promues en wilayas

Le président Abdelmadjid Tebboune a décidé de promouvoir dix circonscriptions administratives du Sud en wilaya à part entière, et nommé des walis et des secrétaires généraux à leur tête, a indiqué hier un communiqué de la présidence de la République.

«Conformément à la loi relative à l’organisation territoriale du pays, le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a décidé de promouvoir 10 circonscriptions administratives du Sud en wilaya à part entière.

Il s’agit des wilayas de Timimoun, Bordj Badji Mokhtar, Beni Abbès, Ouled Djellal, In Salah, In Guezzam, Touggourt, Djanet, El M’ghaïr, El Menia.

Dans ce cadre, le président de la République a nommé au poste de wali, Youcef Bechlaoui, wali de Timimoun ; Othmane Abdelaziz, wali de Bordj Badji Mokhtar ; Aissa Aziz Bouras, wali de Ouled Djellal ; Saad Chenouf, wali de Beni Abbès ; Ibrahim Ghemired, wali d’In Salah ; Mehdi Bouchareb, wali d’In Guezzam ; Nacer Sebaa, wali de Touggourt ; Benabdallah Chaib Eddour, wali de Djanet ; Aissa Aissat, wali d’El M’ghaïr et Boubekeur Lansari, wali d’El Menia. A. Z.


Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!