toggle menu
mercredi, 19 juin, 2019
  • thumbnail of elwatan20190619
  • Pub Alliance Assurance

Femmes soudanaises, le cœur battant de la révolution

16 avril 2019 à 9 h 00 min

Le monde entier a été émerveillé par l’image de cette gracieuse femme soudanaise toute de blanc vêtue, l’index et la main levés comme pour montrer la voie, en s’adressant à ses frères et sœurs de combat pour la liberté. Telle une reine nubienne, fière et courageuse, cette femme a su à elle seule traduire l’image du nouveau Soudan en gestation.

Un Soudan débarrassé de ses démons (Tourabi) et de ses bourreaux (El Béchir). Un Soudan résolument tourné vers l’avenir. Alaa Salah, c’est le nom de cette icône de la Révolution soudanaise, qui s’est mise spontanément à déclamer des poèmes à la gloire de la Révolution et pour la liberté face à une foule immense dans un pays qui faisait de la voix des femmes une insolence et de leur flagellation une menace et un rituel punitif fréquent.

L’image de la jeune étudiante Alaa aujourd’hui tranche complètement avec celle qui, il y a presque une année, avait aussi fait le tour du monde montrant une jeune Soudanaise se faire flageller en public parce qu’elle avait épousé un homme sans le consentement de ses parents. En une année, le Soudan a fait un grand pas et la présence massive des femmes dans les manifestations est bien le signe d’un changement sociétal profond.

A la source de la protestation, le prix du pain, mais vite la quête de liberté a pris le dessus sur tout autre considération. Les femmes sont au cœur du changement et il n’y a pas de liberté sans elles. Tous comme leurs ancêtres «Kandakas», reines mères du royaume de Koush, grands bâtisseurs de pyramides au Soudan, les Soudanaises sont sorties en masse depuis plus de trois mois pour participer à bâtir le nouveau Soudan.

De longues décennies de répression et de pressions religieuses sur les Soudanaises ont fini par céder devant leur volonté de s’affirmer. Malgré des lois restrictives et arriérées, les femmes soudanaises n’ont pas déserté le terrain de l’action et se sont de tout temps impliquées dans les organisations de la société civile et dans la vie publique. Elles sont nombreuses sur les bancs des universités, ce qui est un facteur majeur qui a participé à leur émancipation et leur a donné les moyens d’imposer leur présence dans la société.

Elles sont nombreuses à être dans l’encadrement de grandes entreprises, et investissent le terrain politique et culturel. Plus encore, elles ont montré leur totale implication dans le débat pour le changement. Leur voix est audible et leur présence dans les manifestations en grand nombre n’est pas étonnante, et tout comme en Algérie, elles ont fortement contribué à préserver leur caractère pacifique. La Révolution des Soudanaises est semblable à celle des Algériennes.

Il s’agit de la même et seule revendication d’une libération totale du régime d’Omar El Bachir qui, trente années durant, a mis le pays à genoux et à sec en passant par sa partition. L’image d’Alaa a contribué à attirer l’attention de l’opinion internationale et montrer un visage autre de ce pays que celui que la dictature a voulu imposer. Un pays que le monde ne connaissait qu’à travers le chiffre de 15 000 condamnations de femmes à la flagellation en 2016.

En mars dernier, neuf femmes ont été condamnées par un tribunal d’exception instauré par Omar El Béchir à la flagellation pour avoir participé à des manifestations. Aujourd’hui, Omar El Béchir est déposé et les femmes continuent à manifester.

Loading...
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!