Face à la crise sanitaire, les Algériens se serrent les coudes | El Watan
toggle menu
dimanche, 05 juillet, 2020
  • thumbnail of elwatan05072020




Elan de solidarité des Entreprises publiques et privées, bénévoles, particuliers et fédérations sportives

Face à la crise sanitaire, les Algériens se serrent les coudes

14 avril 2020 à 7 h 09 min

Le compte spécial d’aide et de solidarité ouvert par la Fédération algérienne de football (FAF) a récolté plus d’un million d’euros de dons, a annoncé vendredi le responsable de communication de l’instance fédérale, Salah-Bey Aboud.

Les Algériens ont le cœur sur la main et le prouvent à chaque crise, chaque tragédie. Dès les premiers signes de la propagation du virus en Algérie, et l’apparition des premiers manquements, un grand mouvement de fraternité s’est manifesté.

Particuliers, chefs d’entreprise, bénévoles, chacun a mené, à son niveau et selon ses capacités, une action de solidarité afin de pourvoir les catégories les plus fragiles de la société en dons divers ou de doter les personnels soignants en équipements. Des actions que le gouvernement algérien veut encadrer, veillant à ce que la distribution des aides se fasse par la voie officielle.

En effet, et dès le 23 mars, le président algérien, tout en adressant ses «chaleureux remerciements» au «mouvement associatif, aux volontaires et bénévoles», signait un décret soulignant que les «actions de volontariat » devaient être «organisées et encadrées».

Les dons en denrées alimentaires sont gérés, selon le texte du décret, par des commissions «officielles» dans chaque wilaya, Et les dons en équipements médicaux doivent «exclusivement» être faits auprès de la Pharmacie centrale des hôpitaux.

«Les walis ont été instruits pour sensibiliser toutes les autorités locales, notamment les P/APC, de la nécessité d’encadrer ces opérations individuelles en associant activement les comités de quartier, de village et de regroupement d’habitations et plus particulièrement les donateurs eux-mêmes en les intégrant dans cette organisation», explique ainsi l’instruction du Premier ministre, reprise par l’APS.

Mais entre les bonnes intentions affichées dans le communiqué officiel et la réalité du terrain, le fossé se creuse. D’ores et déjà, des voix s’élèvent contre le fait que les dons sont parfois «mal distribués».

Il y a eu notamment des rassemblements de citoyens devant les sièges d’Apc dépendant de la wilaya de Blida (Beni Merad, Ben Achour, notamment) pour réclamer de la transparence dans la distribution des dons.

Dans des vidéos postées sur Facebook, quelques membres d’associations bienfaitrices à Blida évoquent des «vols de couffins», des «détournements d’appareils de désinfection» et des régions enclavées de la Mitidja qui n’ont rien reçu malgré le déferlement de l’aide. Pis encore, des tonnes de fruits et légumes ainsi que des produits alimentaires ont été placées dans les dépôts, faute d’un acheminement rapide aux populations et se sont dégradées, selon Tahar Boulenouar, président de l’Association nationale des commerçants et artisans algériens (Anca).

Et malgré l’instruction du Premier ministère d’éviter «les images attentant à la dignité des citoyens», celles-ci – les photos faisant état de queues interminables de bénéficiaires – n’ont pas manqué sur les réseaux sociaux. En réponse, le wali de Blida a interdit la distribution directe au Croissant-Rouge algérien. «Il y a lieu de privilégier les lots alimentaires et de produits d’entretien et d’hygiène à acheminer aux domiciles des familles concernées. Les responsables des comités de quartier, de village et de regroupement d’habitations doivent être impliqués dans ces opérations», avait-on souligné dans le communiqué repris par l’APS.

Caravanes de solidarité

Le fait est que plusieurs caravanes de solidarité ont pris le chemin de la wilaya de Blida, durement touchée par l’épidémie et soumise à un confinement total. Le ministère de l’Agriculture et du Développement rural, en guise de solidarité, a ainsi envoyé 21 camions de produits alimentaires et agricoles destinés aux Blidéens et constitués de 21 camions chargés de 1200 quintaux de pomme de terre, 10 quintaux de poulet et 4300 plateaux d’œufs, en plus d’importantes quantités de lait. Selon le représentant du ministère de l’Agriculture, Mohamed Missoum, «ces aides seront distribuées de nuit et en toute transparence».

Pour sa part, le wali de Blida, Kamel Nouicer, a indiqué à l’APS que cette caravane n’est qu’un «aperçu des multiples aides qui arrivent quotidiennement à Blida, à partir des différentes wilayas du pays». Il a signalé également que ces aides vont être acheminées vers le dépôt principal de la wilaya, qui se charge de leur distribution aux communes, suivant les demandes exprimées par les comités locaux, a-t-il expliqué.

Plusieurs entreprises, publiques et privées, ont participé à l’effort pour endiguer les pénuries et approvisionner les régions confinées en denrées alimentaires. Le groupe Cevital a envoyé, le 2 avril, neuf camions chargés d’aides à la wilaya de Blida, L’Union nationale des entrepreneurs publics (UNEP), et en étroite relation avec la Pharmacie centrale des hôpitaux, a mis en place une liste de divers produits pharmaceutiques de soins indispensables et urgents à acquérir ou ceux en rupture de stocks ont été communiqués aux entreprises publiques qui se sont engagées à les produire ou à les fournir en fonction des capacités existantes.

A ce titre, souligne-t-on, un «important lot de fournitures et de consommables de protection, de produits de désinfection et divers équipements indispensables a été gracieusement mis à la disposition des structures de santé pour ceux disponibles, avec des engagements pour l’acquisition et/ou la fabrication de ceux qui ne le sont pas».

Cette organisation cite aussi la mise à disposition de produits et de moyens logistiques et de travaux publics «importants» pour les opérations de désinfection. Parmi les entreprises ayant participé à cette opération figurent, notamment, la SAA et la BDL, les groupes Cosider, Gerhyd, Serport, Logitrans, ACS et Madar, ainsi que les entreprises Tonic Industrie, Enad Shymeca, ENIE Sidi Bel Abbès et Socothyd. Le groupe Madar, à titre d’exemple, a assuré la fourniture et la mise à disposition d’équipements hospitaliers de grande nécessité, comme les respirateurs, les ECG des moniteurs de surveillance pour salle de réanimation et d’autres équipements.

Le Club des entrepreneurs et des industriels de la Mitidja (CEIMI) a fait don de 60 lits médicaux au profit des hôpitaux de Blida, en guise de soutien du secteur local de la santé dans sa lutte contre le nouveau coronavirus (Covid-19). Par ailleurs, un don de 200 000 masques chirurgicaux de protection a été remis par le Groupe du transport maritime et de la logistique (CMA CGM -Algérie) au profit du Croissant-Rouge algérien (CRA), a indiqué la compagnie dans un communiqué.

Un million d’euros collecté par la FAF

Le monde du sport n’est pas en reste dans cette grande opération de solidarité. Le Comité olympique et sportif algérien (COA) a contribué avec un don à l’hôpital de Boufarik (Blida), a rapporté l’instance sur sa page Facebook. «Les membres du bureau exécutif ont décidé, au nom de toute l’assemblée générale, d’apporter une aide à l’hôpital de Boufarik, en achetant des produits de protection pour le staff médical. Figurent également dans le lot, des produits désinfectants», a-t-elle indiqué. Le compte spécial d’aide et de solidarité ouvert par la Fédération algérienne de football (FAF) a récolté plus d’un million d’euros de dons, a annoncé vendredi le responsable de communication de l’instance fédérale, Salah-Bey Aboud.

«Cela a été possible grâce à la contribution de tout le monde, y compris les ligues régionales. Pour les clubs professionnels, ils ont cédé leur quote-part des droits TV. Je laisserai au président de la FAF (Kheireddine Zetchi, ndlr) le soin de divulguer le montant exacte prochainement. La somme collectée sera virée sur le compte de solidarité ouvert par les pouvoirs publics», a-t-il indiqué sur les ondes de la Radio nationale.

D’autres aides, non matérielles, ont également été faites. Réagissant à l’arrêt des transports publics, les applications VTC Yassir et Wesselni ont proposé un service gratuit à destination des médecins, infirmiers, aides-soignants et agents d’entretien. Une salle des fêtes à Béjaïa a ouvert ses portes aux SDF. Des hôtels se sont mis à la disposition des services de l’Etat pour des besoins de mise en quarantaine ou autre. A cela s’ajoutent des centaines d’autres initiatives, sans doute modestes, mais qui n’en sont pas moins émouvantes.



S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!