Entre l’Algérie et la Tunisie, des préoccupations communes | El Watan
toggle menu
samedi, 30 mai, 2020
  • thumbnail of elwatan30052020




Des relations bilatérales privilégiées, basées sur une coopération sécuritaire

Entre l’Algérie et la Tunisie, des préoccupations communes

02 février 2020 à 10 h 05 min

Les deux pays sont liés, en ces temps incertains, par un intérêt commun, consistant à sécuriser les frontières communes avec la Libye.

Ce sont de très bonnes relations qu’entretient l’Algérie avec le voisin tunisien, marquées par la culture et l’histoire communes, le soutien de l’Algérie durant la période difficile qu’a traversée la Tunisie ces dernières années, ainsi que des intérêts communs liés notamment à la sécurité des frontières. Cette relation privilégiée ne se traduit cependant pas sur le terrain économique.

Les deux pays sont liés, en ces temps incertains, par un intérêt commun, consistant à sécuriser les frontières communes avec la Libye. La question de la sécurisation des frontières est au cœur des discussions entre les deux pays depuis de nombreuses années, en raison de leur instabilité liée à la fois aux crises libyenne et malienne, au terrorisme ainsi qu’à des trafics divers.

Cela fait déjà plusieurs années que l’Algérie a pris ses dispositions impliquant l’armée, la gendarmerie, les garde-frontières, les services de renseignement, la police et la douane et consistant en le renforcement du contrôle aux frontières. Selon des sources sécuritaires, reprises par les médias, près de 25 000 hommes surveillent une zone de plus de 1000 kilomètres.

Les mesures prises par l’Algérie pour le contrôle des frontières ont, par ailleurs, un objectif économique visant à limiter la contrebande des produits subventionnés, notamment le carburant, causant d’importantes pertes à l’économie algérienne. L’Algérie offre également de l’aide à son partenaire tunisien en matière de lutte antiterroriste, notamment dans les monts Chaâmbi (centre-ouest de la Tunisie) où des groupes terroristes ont élu domicile.

Des préoccupations communes

Alger et Tunis semblent partager la même vision et les mêmes préoccupations en ce qui concerne la Libye, qui menace de glisser vers l’abîme. Notre pays partage près de 1000 km de frontière avec la Libye, et 450 km avec la Tunisie. Les deux pays, qui s’échinent à garder un certain recul par rapport aux deux camps en guerre en Libye, s’opposent à toute ingérence étrangère et plaident pour une solution pacifique.

Pour ce qui est de la question du Sahara occidental, principal facteur de blocage de l’Union du Maghreb arabe, la Tunisie observe une «neutralité positive». Et il est à noter que le nouveau président tunisien, Kaïs Saïed, avait promis, dans son programme électoral, une «initiative tunisienne visant à créer un comité du Maghreb pour traiter la question du Sahara occidental et résoudre le conflit».

Pour mesurer la bonne santé des relations entre les deux pays, il est également possible de s’en tenir à ce détail saisissant : l’Algérie a tenu à se montrer solidaire de la Tunisie, notamment dans les moments difficiles.

Quelque temps après la chute du régime de Ben Ali, et alors que le pays traversait une bien difficile crise économique, l’Algérie a octroyé une aide financière non remboursable.

En effet, en mai 2014, trois accords financiers ont été signés à Alger consistant en une aide financière non remboursable de 50 millions de dollars, un accord pour le dépôt par l’Algérie de 100 millions de dollars à la Banque centrale tunisienne et un prêt de 100 millions de dollars à la Tunisie. Au total, 250 millions de dollars qui consolidaient ainsi les avoirs de l’Etat tunisien en devises.

Peu d’échanges économiques

Pour ce qui est du chapitre économique, force est de reconnaître que les relations économiques algéro-tunisiennes ne reflètent pas les relations dites «exceptionnelles» des deux pays. Les échanges économiques demeurent très bas : les exportations algériennes vers la Tunisie se limitent presque exclusivement au pétrole et au gaz, à hauteur de 95%.

Les exportations tunisiennes vers l’Algérie sont un peu plus diversifiées, englobant essentiellement les matériaux de construction, les produits chimiques, les minéraux, les produits alimentaires et autres. En tout et pour tout, les échanges économiques entre l’Algérie et la Tunisie ne dépassent pas les 2%.

Tout plaide pourtant en faveur d’une dynamisation des échanges économiques : la proximité, l’absence de visa, les frontières ouvertes et bien d’autres… Mais s’il y a un secteur où les relations sont particulièrement développées, c’est bien celui du tourisme. En 2019, 1,7 million de touristes tunisiens ont passé leurs vacances en Algérie, contre 1,3 million d’Algériens ayant choisi la Tunisie, selon des chiffres officiels. C’est peut-être là le pilier des relations économiques bilatérales entre l’Algérie et la Tunisie. 



S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!