En plus des enseignants du primaire en grève : Les directeurs de CEM manifestent | El Watan
toggle menu
mardi, 19 octobre, 2021
  • thumbnail of elwatan10072021



En plus des enseignants du primaire en grève : Les directeurs de CEM manifestent

05 février 2020 à 10 h 12 min

Alors que les enseignants du primaire tiennent à leur mouvement de débrayage, c’est au tour des directeurs des collèges de manifester leur colère. Ils ont tenu, hier, un sit-in devant le siège du ministère de l’Education nationale à Ruisseau, Alger.

En effet, une centaine de directeurs d’établissement du moyen ont tenu hier un sit-in pour dénoncer les mauvaises conditions et plaider pour une série de réformes.

Dans une plateforme de revendications portant une trentaine de points, ces protestataires ont appelé à les faire impliquer dans la révision du décret exécutif 240/12 portant statut particulier des personnels spécifiques de l’Education nationale.

Selon eux, ce texte, tel qu’il est aujourd’hui, porte atteinte à leur place en tant que premier responsable d’établissement scolaire. Dans le même contexte, ils appellent à la révision générale du régime indemnitaire.

Ils rejoignent ainsi les enseignants du primaire qui demandent une augmentation de 100% de leur salaire. La révision à la hausse de la prime de responsabilité et celle de la gestion selon la classification de l’établissement, ainsi que refonte de l’arsenal juridique, notamment celui relatif à la retraite, la sécurité sociale et les allocations familiales figurent parmi les revendications essentielles de ces protestataires.

Sur le volet pédagogique, les directeurs des collèges réclament le réexamen du volume horaire de certaines matières ainsi l’actualisation des textes régissant les relations de travail dans ces établissements.

Ils demandent dans ce sillage la révision de la circulaire n°16 relative aux organigrammes administratifs et pédagogiques, la réactivation du poste de censeur de collège, l’ouverture d’un concours national de promotion au grade d’inspecteur d’administration dans les CEM et plus de sécurité à l’extérieur immédiat de ces établissement pour assurer la protection des élèves, des enseignants et du personnel administratif.

Ils demandent également plus de moyens et surtout d’équipements dans ces établissements qui souffrent de beaucoup de carences dans ce sens. Au moment où le secteur, très sensible et névralgique, sombre dans les zones de turbulences, le ministère garde le silence et s’abstient de faire toute déclaration à ce sujet qui pourtant pénalise beaucoup d’enfants. Pis encore, aucune initiative de dialogue ou accord d’audience pour apaiser les protestataires n’a été lancée.


Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!