El Hachemi Djaaboub hier lors d’une sortie à Alger : «La bureaucratie a sapé la confiance entre le citoyen et l’administration» | El Watan
toggle menu
samedi, 01 octobre, 2022
  • thumbnail of elwatan10072021

El Hachemi Djaaboub hier lors d’une sortie à Alger : «La bureaucratie a sapé la confiance entre le citoyen et l’administration»

11 avril 2021 à 10 h 40 min

En réunissant hier les directeurs de wilaya à l’occasion d’une rencontre nationale à Alger, El Hachemi Djaaboub, ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale, a évité de donné des chiffres et a distillé dans son discours plusieurs messages politiques.

Le ministre parle «d’une vision commune pour rehausser la qualité du service public et la contribution du secteur à concrétiser le plan d’action du gouvernement qui place la lutte contre la bureaucratie qui freine les investissements et les activités économiques au rang des priorités nationales».

Et pour y parvenir, le ministre mise énormément sur la numérisation qui est à même de simplifier les procédures administratives au profit des citoyens et des opérateurs économiques. Cela intervient, selon le représentant du gouvernement, dans le cadre de la relance de l’économie, notamment après ce que le secteur a enduré du fait de l’épidémie de coronavirus.

Le ministre ne fait pas dans la nuance en allant jusqu’à dire que «la bureaucratie a entraîné une perte de confiance du citoyen vis-à-vis de l’administration». Et pour retrouver cette confiance, il faut «garantir une haute qualité de service et instaurer les principes de justice et de transparence».

Pour cela, dira-t-il «je demande de procéder tout de suite à l’utilisation de toutes les solutions numériques mises à la disposition par le secteur pour permettre au citoyen de suivre les dossiers à distance et garantir la transparence et l’équité dans leur traitement et dans les délais réglementaires». Selon le ministre, les directeurs de wilaya sont face à «un grand défi qui vous impose de conjuguer les efforts pour garantir un passage en douceur et méthodique vers l’administration électronique de tous les services du secteur avec tout ce que cela implique comme accompagnement, sensibilisation et formation».

Autre message à retenir : veiller à un meilleur fonctionnement du marché de travail par l’ajustement de l’écart entre l’offre et la demande, à travers la mise en place de nouveaux mécanismes d’aide à l’insertion professionnelle.

Lutter contre le chômage

Il faut donner plus d’importance à la promotion de l’emploi et la lutte contre le chômage qui sont parmi les objectifs stratégiques de la politique nationale de développement (2020-2024) adoptée par le gouvernement pour relancer l’activité économique. Si le ministre insiste tant sur ces questions, c’est parce qu’il a repéré des forces de blocages et d’inertie et les directeurs de wilaya doivent accélérer le rythme, aller plus loin et plus fort. Ils doivent continuer d’agir, sur tous les fronts, avec tous les leviers disponibles de la politique de l’emploi.

Le gouvernement doit trouver des solutions pour relancer l’emploi dans un contexte de grave crise économique née de la chute des revenus tirés des exportations d’hydrocarbures et d’appauvrissement de larges couches de la population. La première urgence sera les jeunes, les premiers touchés par la crise et qui vivent au mieux de petits boulots ou se tournent vers l’économie informelle pour gagner leur vie dans la précarité totale.

Le chômage doit être perçu dans la nouvelle approche comme une question économique et non seulement comme une affaire sociale, en prenant, comme ce fut le cas jusque-là, des mesures au gré des conjonctures. «L’Algérie a d’immenses compétences qui ont besoin d’encouragement, de motivation, d’accompagnement et d’encadrement pour qu’elles puissent contribuer à l’essor économique et social et améliorer le niveau de vie», dira-t-il.

Il a aussi ajouté que «le gouvernement a fait de la question de l’emploi son objectif principal à travers la relance de l’activité économique et mis en place de nouveaux mécanismes qui ont donné lieu à la création des micro-entreprises et des start-ups dans les domaines de l’économie de la connaissance, des technologies de l’information et de la communication, des énergies renouvelables, des industries manufacturières, de l’agriculture, des mines et des services», a-t-il affirmé.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!