Education : La grève largement suivie | El Watan
toggle menu
vendredi, 28 janvier, 2022
  • thumbnail of elwatan10072021



Education : La grève largement suivie

29 avril 2021 à 10 h 44 min

L’appel à la grève lancé par trois syndicats membres de l’Intersyndicale de l’éducation à été largement suivi. Selon Abdelouahab Zeghar, porte-parole de l’Union nationale du personnel de l’éducation et de la formation (Unpef), le taux de suivi a été très appréciable à travers le territoire national.

Il tourne autour de 60 et 70%. «Nous avons eu un taux de participation à ce mouvement d’une journée très important. Dans l’est du pays, les wilayas de Khenchela et Biskra ont eu un taux de suivi de 80%. Oum El Bouaghi et Guelma sont à la queue avec un taux de 60%. A l’Ouest, c’est Tlemcen qui marque le coup avec 90% de taux de suivi. Les lycées ont été complètement gelés.

La wilaya de Naama a enregistré 59% de taux de suivi de la grève. Elle est la dernière dans sa région. Dans le même concept, au sud, Ouargla a enregistré 76,22% de taux de suivi contrairement à Adrar avec 52%.

Dans la région du centre, les enseignants d’Alger Est ont été au rendez-vous avec un taux de suivi de 80%. Ce taux a été faible à Tipasa avec 55%», déclare notre interlocuteur qui souligne que les syndicats ont misé sur les rassemblements devant les directions de l’éducation.

Une action très réussie. Pour notre interlocuteur, la colère des travailleurs du secteur est palpable.

«Les pouvoirs publics n’ont vraiment pas le droit, cette fois-ci, de faire les sourds. La situation risque de s’envenimer à tout moment. Il faut que les autorités bougent !» martèle M. Zeghar.

Au moment où nous mettons sous presse, les syndicats du secteur adoptant ce mouvement, à savoir l’Unpef, le syndicat Autonome des travailleurs de l’éducation et de la formation (Satef), le Syndicat national des travailleurs de l’éducation (SNTE) et le Conseil des lycées d’Algérie (CLA), tenaient une réunion pour décider des démarches à suivre.

«Il n’est plus question de faire marche arrière. La situation est catastrophique dans le secteur et il était de notre devoir d’agir. Nous sommes dans notre rôle de défendre les intérêts des travailleurs, qu’ils soient enseignants ou autre. L’escalade dans nos actions est inévitable sauf si la tutelle réagit réellement et de manière sincère et efficace», souligne Zoubir Rouina, président du CLA.

Il est à savoir qu’en dehors de ce soutien exprimé par les syndicats agréés, le mouvement de colère des travailleurs de l’éducation connaît une forte adhésion à travers le pays.

Lancé depuis la wilaya d’Oran, la protestation, motivée au début par un retard de versement des salaires, connaît aujourd’hui l’établissement d’une longue liste de revendications.

Telles que listées par les syndicats, il est revendiqué la protection du pouvoir d’achat des travailleurs avec la revalorisation à 100% du point indiciaire, l’application du décret présidentiel 266-14 avec effet rétroactif, le dévoilement du statut particulier, la régularisation des incidences financières et du dossier des diplômés des écoles supérieures, la révision des programmes, la diminution du volume horaire et la libération des établissements primaires de la mainmise des collectivités locales.

Pour rappel, un appel à la grève illimitée est effectif depuis ce dimanche. Plusieurs wilayas y adhèrent chaque jour. La dernière est la wilaya de Blida qui a rejoint le mouvement de grève hier mercredi.


Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!