Edito : Du 5 juillet 1962 au grand rêve démocratique | El Watan
toggle menu
samedi, 24 août, 2019
  • thumbnail of elwatan20190824



  • Pub Alliance Assurance


Edito : Du 5 juillet 1962 au grand rêve démocratique

05 juillet 2019 à 10 h 01 min

Les Algériennes et les Algériens commémorent, aujourd’hui, le 5 juillet 1962, cette grande date historique marquant l’indépendante de l’Algérie du joug colonial français. Une indépendance arrachée au prix de grands sacrifices, à l’issue d’une atroce guerre de presque huit ans, et surtout de 132 ans de crimes, tortures, et humiliations coloniales. Il y a 57 ans est née l’Algérie algérienne avec un immense rêve d’une nation démocratique.

Comment ce combat pour le recouvrement de l’indépendance est-il inscrit dans la mémoire collective des jeunes qui mènent, aujourd’hui, héroïquement une Révolution pacifique et démocratique saluée dans le monde entier ? La commémoration de cette période si dense appelle notre réflexion et pose aussi la question de la mémoire nationale. La colère des Algériennes et des Algériens est ancienne : depuis que le pouvoir a érigé le FLN en parti unique au lendemain de la crise de l’été 1962.

En 1963, le pouvoir réprime la révolte en Kabylie, soutenue par le FFS de Hocine Aït Ahmed. Avril 1980, octobre 1988, le Printemps noir de 2001 et les manifestations de 2011 et de 2014 contre les interminables mandats de Bouteflika ont montré la voie et accouché enfin de la révolution démocratique et pacifique qui est en cours depuis février dernier. Presqu’un demi-siècle après, le système politique est toujours là. Un système qui maltraite et méprise sa jeunesse.

Depuis plus d’un demi-siècle d’échecs politiques, la puissance publique entrave le dynamisme juvénile, alors qu’elle doit l’encourager. Depuis février 2019, la colère s’est muée en révolution pacifique. Cette conscience patriotique a évolué et a abouti à une conscience citoyenne. Appelés à dégager de l’histoire leurs valeurs d’avenir, les jeunes qu’on accuse à tort de «manquer de connaissances historiques» ont initié une révolution saluée dans les quatre coins de la planète.

Des manifestations d’ampleur historique réunissent chaque vendredi des millions de citoyennes et de citoyens dans les rues à travers tout le pays. La révolution, c’est aussi des combats courageusement menés par les femmes. Chaque génération a sa mission. Du combat libérateur de la patrie aux luttes démocratiques, les femmes ont été de toutes les épopées.

De Djamila Bouhired, aux jeunes militantes d’aujourd’hui en passant par Louisette Ighilahriz et Drifa Ben M’hidi, les icônes du combat libérateurs, les femmes sont au cœur des successifs mouvements d’émancipation politique et sociétal. Un seul fil conducteur : la démocratie est l’une des conditions sine qua non pour faire sortir l’Algérie de l’impasse.

La démocratie doit être définitive car l’attachement à cette valeur universelle est réel chez les jeunes. Des jeunes qui prônent un changement radical du système politique. La solution commence par une reconnaissance politique de la jeunesse. Une jeunesse qui est en train de conquérir ses droits par la rue pour une Algérie de la démocratie, de la liberté, de la diversité, de la tolérance et du vivre-ensemble.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!