Echos de l'est | El Watan
toggle menu
dimanche, 25 août, 2019
  • thumbnail of elwatan20190825
  • Pub Alliance Assurance





Echos de l’est

20 juillet 2019 à 10 h 01 min

– Skikda : «Le hirak contre le pouvoir et l’équipe du Sénégal»

Les Skikdis et par centaines ont marché hier encore, signifiant ainsi leur volonté de poursuivre la lutte jusqu’au départ du pouvoir. «C’est nous ou vous, on n’abdiquera jamais !» scandaient d’une seule voix les manifestants en brandissant des pancartes portant divers slogans.

L’appel à la libération des détenus d’opinion a encore été réitéré et les manifestants n’ont pas ménagé la presse, coupable à leurs yeux de minimiser l’ampleur des marches. «La presse algérienne, le grand absent et le grand traître», «On veut un pont aérien pour restituer nos fonds détournés en Europe», mentionnaient d’autres pancartes.

Des slogans à portée locale ont fait leur apparition hier, à l’exemple de «Skikda, une wilaya sans développement» et «Restituez la forêt de Bengana aux Skikdis».

Par ailleurs, la finale de la Can a été présente dans la marche. A ce sujet, les jeunes manifestants ont fait preuve d’une certaine ingéniosité en brandissant des pancartes relatives à cette manifestation sportive : « Le hirak contre le pouvoir et l’équipe du Sénégal». Une reproduction du trophée africain a même été réalisée et exhibée lors de la marche. K. Ouhab

Jijel : Maintenir la pression jusqu’à septembre

La 22e marche populaire à Jijel, bien que moins importante que les précédentes, a eu le mérite d’avoir rassemblé plusieurs milliers de personnes des deux sexes. Pour plusieurs marcheurs avec lesquels nous avons conversé durant tout le parcours, en ces moments caniculaires et de vacances, il est normal qu’il y ait moins de monde, mais, ajoutent-ils, l’essentiel aujourd’hui est de maintenir la pression jusqu’à faire la jonction avec le mois de septembre où la mobilisation reprendra son cours normal.

Les manifestants ont scandé haut et fort des slogans anti-pouvoir ainsi que les habituelles devises appelant à l’établissement d’un pouvoir civil, demandant l’istiklal (l’indépendance), et même une pique à l’adresse de la justice en criant : «Barakat, barakat, adalat ettilifounate !» (Justice du téléphone).

Des pancartes ont également été brandies, sur lesquelles on pouvait lire : «Le patriotisme des footballeurs algériens n’a d’égale que la trahison de nos hommes politiques», «Non au dialogue, libérez les détenus politiques», et celle qui demandait à faire attention de «Ne jamais confondre joie footballistique et revendications politiques». Fodil S.

Sétif : La récupération politicienne de l’épopée des Verts décriée

Coincée entre la 32e finale de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) et les résultats du bac – un bon millésime à Sétif où l’on a enregistré cette année un taux de réussite de 65,64%, soit plus de 11 points au-dessus de la moyenne nationale –, la 22e manifestation du mouvement citoyen déclenché le 22 février dernier intervient dans un contexte particulier.

L’actualité sportive et les soubresauts politiques de la semaine écoulée ne laissent pas indifférents de nombreux Sétifiens fustigeant les manœuvres des uns et des autres. «le pouvoir n’a aucun mérite dans l’épopée des Verts en Egypte. Le pont aérien est à la fois un leurre, une diversion et une tentative de récupération.

Connaissant bien le refrain d’un régime en manque d’arguments, le peuple algérien, n’exigeant ni plus ni moins que le départ des derniers sbires d’un pouvoir désuet, n’est pas dupe. Le parcours des Verts exprime clairement l’état d’esprit d’un peuple faisant sa mue», fulminent de nombreux jeunes, aux avant-postes d’une protestation ne prenant aucune ride.

Très controversée, la dernière sortie du forum civil du changement ne passe pas inaperçue. «Souillée durant le règne oligarchique de Bouteflika, la société civile n’a pas besoin d’un tuteur, refuse de dialoguer avec aussi bien le Premier ministre que le chef de l’Etat par intérim.

On ne peut pas parler de dialogue sérieux alors que des prisonniers d’opinion et un valeureux moudjahid croupissent dans les prisons tels des malfrats.

Avant de se mettre autour d’une table, il faut mettre un terme à la pression exercée sur certains titres de la presse nationale, punis à cause de leur ligne éditoriale», s’insurgent des manifestants déployant les mêmes pancartes et banderoles, sur lesquelles on pouvait lire  : «Libérez les détenus d’opinion», «Pour un Etat de droit», «Libérez l’Algérie, libérez la justice», «Pas d’élections avec la bande». Kamel Beniaiche

– Annaba : «Le peuple veut son indépendance»

Ni le stress de la finale de la Coupe d’Afrique, ni la canicule, encore moins l’appel de la mer n’ont dissuadé les habitants de la wilaya d’Annaba à manifester pour le 22e vendredi. En effet, ils sont nombreux, hommes, femmes et enfants à répondre à l’appel de la patrie pour revendiquer : «Echaâb yourid al istiklal !» (Le peuple veut son indépendance).

Ainsi, la protestation populaire maintient toujours son rythme dans la wilaya d’Annaba par sa traditionnelle affluence très nombreuse. Les jeunes et les enfants se sont distingués hier en portant le maillot de l’équipe nationale. «Nos jeunes sont partis au Caire pour supporter l’équipe nationale et les couleurs de la patrie.

Ici, nous la défendons aussi, car notre mission et de supporter l’Algérie contre le système mafieux. Rien ne nous n’empêchera de sortir chaque vendredi jusqu’à la naissance d’une nouvelle Algérie, démocratique et de droit», martèle un groupe de jeunes rencontrés sur le Cours de la Révolution, la plus importante place publique de la wilaya d’Annaba.

Comme d’habitude, le chef d’état-major des armées, le général Ahmed Gaïd Salah a eu droit à des salves de slogans hostiles à sa personne et à sa politique.

Pour le confirmer, les manifestants n’ont pas cessé de crier, tel un refrain : «Dawla madania machi askaria !» (Etat civil non militaire). Festive, l’ambiance l’était comme d’habitude où les femmes tout autant que les enfants, présents en nombre, ont parsemé les foules avec des emblèmes sur le dos. La solidarité populaire y était aussi. On distribuait des bouteilles d’eau fraîche, des confiseries et surtout des sacs poubelles pour ceux qui veulent participer au nettoyage des rues après les manifestations. M-F. G.

El Tarf : Des barrières autour de la placette de rassemblement

Indéniablement, il y a eu plus de monde ce 22e vendredi de la Révolution du sourire à El Tarf. Pas de perturbateurs dans les rangs des marcheurs, mais surpris à l’arrivée sur la place du 5 Juillet qui fait face au siège de la wilaya. L’accès à la placette surélevée où se rassemblaient les manifestants pour scander leurs mots d’ordre était fermé par des barrières Vauban. Slim Sadki


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!