Djamel Touati. Chargé des relations publiques de l’Apoce : «La dégradation du pouvoir d’achat a eu un impact considérable» | El Watan
toggle menu
vendredi, 27 mai, 2022
  • thumbnail of elwatan10072021

Djamel Touati. Chargé des relations publiques de l’Apoce : «La dégradation du pouvoir d’achat a eu un impact considérable»

09 mai 2021 à 10 h 48 min

 

  • Les achats de l’Aïd commencent ; quelles sont les tendances observées cette année ?

Les répercussions de la crise économique engendrée entre autres par la pandémie commencent à se faire sentir cette année (contrairement au Ramadhan 2020). En cette année 2021, le pouvoir d’achat des Algériens connaît une baisse inexorable et subit une dégradation continue.

Une hausse vertigineuse de tous les produits et services qui a atteint pour certains cas les 100%. Tout cela aura bien évidemment un impact considérable sur les achats de l’Aïd, mais pas au point où les familles abandonneront cette «culture», surtout pour les enfants.

Il y aura effectivement du changement en termes de choix de qualité, de quantité, certains parents vont très certainement se priver eux-mêmes de ce «luxe», mais il est inconcevable que les Algériens abandonnent ce rituel pour les enfants (tout comme le mouton de l’Aïd Al Adha).

  • La cherté de la vie pousse certains à avoir recours à la friperie. Est-ce une bonne option ?

L’Association de protection et orientation du consommateur et son environnement (Apoce) a diffusé un communiqué en 2019 appelant les autorités à rouvrir l’importation pour la friperie. Cela paraît étrange pour une association de protection des consommateurs, mais la conjoncture l’oblige.

Les craintes sanitaires peuvent être surmontées en mettant en place un dispositif de contrôle sanitaire rigoureux pour pallier aux risques inhérents à ces articles. Le recours à la friperie devient malheureusement une obligation pour une large catégorie des citoyens qui pourront ainsi satisfaire leurs besoins devant la hausse vertigineuse des prix des vêtements et chaussures de marque.

  • La qualité des vêtements, notamment venus de l’extérieur, laisse à désirer (Chine). Quel conseil de prudence donner aux consommateurs ?

Certains produits chinois présentent effectivement un danger pour la santé du consommateur. Par exemple, des pyjamas ont été retirés du marché dans plusieurs pays en raison des risques d’incendie lorsque le vêtement est porté à proximité d’une source de chaleur.

Des chaussures contenant des substances toxiques ont généré des réactions allergiques chez de nombreux consommateurs. Des traces de formaldéhyde équivalentes à 900 fois le niveau permis par l’Organisation mondiale de la santé ont été découvertes dans des tissus de laine et de coton fabriqués en Chine.

Or, cette substance cancérigène, très volatile, est souvent à l’origine de problèmes respiratoires. Une enquête de l’ONG Greenpeace a révélé des traces d’éthoxylate de nonylphénol dans des vêtements de marques réputées.

Ce produit peut entraîner des troubles hormonaux, notamment au niveau des organes de reproduction. Nous essayons d’attirer l’attention des citoyens sur ces détails via notre page Facebook qui connaît ces dernières années une évolution positive et à travers des articles publiés dans certains magazines.

Cependant, un long travail nous attend pour arriver à cette maturité et il est nécessaire que les autorités s’impliquent.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!