Détenus d’opinion : Condamnations et Arrestations | El Watan
toggle menu
vendredi, 22 octobre, 2021
  • thumbnail of elwatan10072021



Détenus d’opinion : Condamnations et Arrestations

13 juillet 2021 à 10 h 37 min

Plusieurs affaires relatives aux détenus d’opinion ont été traitées ces derniers jours dans différentes juridictions.

Ainsi, la cour d’Alger a renvoyé au 18 juillet l’examen de l’appel introduit par les avocats de Nordine Aït Hamouda, rapporte le Comité national pour la libération des détenus (CNLD). «L’appel introduit contre le mandat de dépôt de Nordine Aït Hamouda est renvoyé au 18 juillet 2021 à la demande de la chambre d’accusation (de la cour d’Alger, ndlr), alors qu’il était initialement prévu pour le 11 juillet 2021», écrit le CNLD sur sa page Facebook.

Rappelons que le fils du Colonel Amirouche a été placé sous mandat de dépôt par le juge d’instruction près le tribunal Sidi M’hamed, à Alger, le 27 juin 2021, et est incarcéré à la prison d’El Harrach.

Il est poursuivi pour «atteinte aux symboles de l’Etat et de la Révolution», «atteinte à un ancien président de la République», «atteinte à l’unité nationale» et «incitation à la haine et discrimination raciale».

L’ancien député RCD a été arrêté le 26 juin dernier suite à l’interview qu’il avait accordée à la chaîne El Hayat TV, émission qui a été diffusée le 18 juin 2021 et au cours de laquelle il avait qualifié l’Emir Abdelkader de «traître», provoquant une vive polémique.

A noter également que la cour de Tizi Ouzou devait examiner hier les dossiers de plusieurs militants politiques. Il s’agit, en l’occurrence, de Hamou Boumedine, Bouaziz Aït Chebib, Belaïd Amar Khodja, Hocine Azem et Boussad Becha.

Présentés le 27 juin dernier devant le juge d’instruction près le tribunal de Draâ El Mizan, ils avaient été placés sous mandat de dépôt. Ils sont poursuivis pour «appartenance à une organisation terroriste», «atteinte à l’unité nationale» et «incitation à la haine», indique le quotidien Liberté.

Après examen de l’appel introduit contre le mandat de dépôt, «la chambre d’accusation (cour de Tizi Ouzou) a confirmé ce 12 juillet 2021, dans toutes ses dispositions, l’ordonnance du juge d’instruction du tribunal de Draâ El Mizan de la mise en détention provisoire de Bouaziz Aït Chebib, Belaïd Amar Khodja, Hamou Boumedine, Boussad Becha et Hocine Azem ainsi que de El Hadi Taleb», informe le CNLD. De nombreux militants et citoyens venus exprimer leur soutien hier aux prévenus ont été interpellés.

«Une véritable opération de chasse à l’homme aux alentours de la cour de Tizi Ouzou, où d’autres personnes viennent d’être arrêtées alors qu’elles étaient au rassemblement de solidarité avec les détenus d’opinion», alerte le CNLD avant de détailler : «Parmi les personnes arrêtées : Abdenour Abdeslam, Sofiane Mehdeb, Sekoura Aït Belkacem, Khaled Tazaghart, Tahar Khouas, Khaled Boumedine, Wezna Moula, Brahim Tayeb et plusieurs membres des familles des détenus d’opinion.»

Le président du RCD, Mohcine Belabbas, a réagi via sa page Facebook en écrivant : «Escalade dans la répression, le pouvoir procède à l’interpellation des citoyens venus exprimer leur solidarité aux détenus et assister à leur procès au tribunal de Tizi Ouzou. Cette répression pour délit de solidarité est une première dans les annales puisqu’elle vise à imposer des procès à huis clos en violation de la loi. Elle confirme plus que jamais une dérive autoritaire et une irresponsabilité politique menaçant la stabilité de la nation. Halte à la répression ! Liberté pour tous les détenus politiques et d’opinion.» Actualité des détenus : à Bordj Bou Arréridj cette fois, le militant Brahim Lalami a été une nouvelle fois condamné ce dimanche par le tribunal dans deux affaires.

Dans le premier dossier, il est poursuivi pour «discours de haine», «outrage à corps constitué» et «diffusion de fausses informations». Il a été condamné à deux ans de prison ferme et 200 000 DA d’amende, d’après le défenseur des détenus d’opinion Zaki Hannache.

Dans le deuxième dossier, les chefs d’accusation retenus contre lui sont : «discours de haine», «diffusion de fausses informations», «outrage à corps constitué» et «incitation à attroupement non armé».

Il a été pareillement condamné dans cette deuxième affaire à deux ans de prison ferme et 200 000 DA d’amende. Pour rappel, Brahim Lalami a été arrêté fin juin dans la wilaya de Aïn Témouchent après une «harga avortée». Jugé en comparution immédiate pour «tentative d’émigration illégale», il a été condamné le 1er juillet à «trois mois de prison ferme en compagnie de 13 autres harraga», rapporte Radio M. Brahim Lalami a été transféré dans la foulée à Bordj Bou Arréridj, où il devait être jugé pour les deux autres affaires citées précédemment.

Par ailleurs, le verdict a été prononcé à l’encontre du militant Hakim Addad, qui s’est vu condamner le 8 juillet par le tribunal de Sidi M’hamed à un an de prison ferme et 20 000 DA d’amende.

L’ancien président de RAJ était poursuivi pour «incitation à attroupement non armé», «publications portant atteinte à l’unité nationale» et «atteinte à l’intérêt national».

Nous apprenons aussi que l’activiste Mohamed Tadjadit, en détention depuis le 4 avril 2021 à El Harrach, sera auditionné aujourd’hui par le juge d’instruction près le tribunal de Sidi M’hamed, selon Zaki Hannache.

Il convient enfin d’attirer l’attention sur le cas de Mohad Gasmi, en détention provisoire à la prison d’Adrar depuis le 14 juin 2020 et qui est toujours en attente de son procès. Mohad observe une grève de la faim depuis le 5 juillet.

«L’activiste Mohad Gasmi était à l’avant-garde des jeunes qui se sont élevés contre le gaz de schiste dans la région d’In Salah», martèle l’avocate Fatiha Rouibi dans un message de soutien. 


Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!