Des youyous et des coups de mortier à Alger et dans d’autres wilayas | El Watan
toggle menu
vendredi, 15 novembre, 2019
  • thumbnail of elwatan20191114


En solidarité avec les détenus d’opinion et les prisonniers politiques

Des youyous et des coups de mortier à Alger et dans d’autres wilayas

19 octobre 2019 à 10 h 00 min

Les détenus d’opinion et les prisonniers politiques ne devraient pas se sentir seuls. Les Algériens les soutiennent et exigent leur libération à chaque manifestation. Et pour confirmer cet engagement, une opération particulière et symbolique a été organisée jeudi soir.

Lancée sur le réseau social Facebook, l’action baptisée «Degg el mehraz» (Taper le mortier traditionnel), l’action a été suivie à Alger et dans d’autres wilayas. Il était 20h quand le son strident des mortiers traditionnels et autres ustensiles de cuisine ainsi que des youyous ont résonné dans plusieurs quartiers d’Alger, dont Sidi M’hamed , Alger-Centre, La Casbah…

Des automobilistes ont aussi accompagné le mouvement par des klaxons. L’action a duré plusieurs minutes, suscitant ainsi une ambiance particulière dans la capitale, comme le montrent les nombreuses vidéos partagées sur les réseaux sociaux.

Au même moment, des citoyens d’autres villes du pays ont aussi répondu favorablement au mot d’ordre en organisant, comme ce fut le cas à Béjaïa, un rassemblement en tapant sur les mortiers traditionnels et en scandant des slogans hostiles aux élections et au chef d’état-major de l’armée.

Cette action a été initiée, rappelons-le, sur Facebook. Un appel a été lancé, la veille, à l’adresse des habitants de la capitale et des autres régions du pays pour exprimer leur soutien aux détenus politiques avec des mortiers et youyous, et ce, de 20h à 20h30.

Les initiateurs ont voulu rappeler l’action menée par les Algériens durant la Guerre de Libération pour dénoncer les milliers de condamnations à mort prononcées par la justice française à l’encontre de leurs concitoyens. Pour rappeler à ces victimes de l’injustice coloniale qu’elles ne sont pas seules, les habitants de La Casbah, à l’époque, ont lancé des cris de «Tahia El Djazaïr», accompagnés de youyous et de coups de pilon.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!