Oran : Des universitaires dénoncent des «persécutions» contre Kaddour Chouicha | El Watan
toggle menu
samedi, 03 décembre, 2022
  • thumbnail of elwatan10072021

Oran : Des universitaires dénoncent des «persécutions» contre Kaddour Chouicha

12 mai 2021 à 10 h 40 min

Des enseignants de l’Université des sciences et de la technologie d’Oran (USTO) ont exprimé, avant-hier, leur solidarité «indéfectible» avec Kaddour Chouicha, militant des droits de l’homme et vice-président du bureau local de la Ligue algérienne des droits de l’homme (LADDH), victime de «persécutions».

«Nous, universitaires réunis, lundi 10 mai 2021, à l’université des sciences et de la technologie d’Oran (USTO), pour apporter notre soutien et notre solidarité indéfectibles à notre collègue Chouicha Kaddour, de l’USTO d’Oran, coordonnateur national du syndicat SESS et vice-président de la LADDH (Oran) et réaffirmer notre confiance en ses actions», ont affirmé ces universitaires dans une déclaration publiée sur Facebook.

«Par son essence, l’université doit être la source de toutes les idées novatrices et la locomotive de tout changement pacifique de la société. L’autonomie et la protection de l’universitaire dans l’expression de ses opinions sont garanties par les lois nationales et les résolutions de l’Unesco concernant les libertés académiques. Nous ne pouvons que dénoncer avec la plus grande vigueur les persécutions subies par les universitaires, à l’image du professeur Kaddour Chouicha pour ses idées et son attachement aux valeurs de liberté, de solidarité et de défense des droits de l’homme», ont-ils ajouté.

Le procureur général d’Oran avait inculpé Saïd Boudour, Kaddour Chouicha et Jamila Loukil de charges plus lourdes, allant de l’«adhésion à une organisation destructive activant à l’intérieur et à l’extérieur du pays» au «complot contre la sécurité de l’Etat», en passant par l’«atteinte à l’unité du territoire national».

«Nous saisissons l’occasion pour dénoncer toutes les tentatives d’assimilation des activités pacifiques au terrorisme ou à la subversion et apportons notre soutien total aux détenus d’opinion en grève de la faim», ont réagi les universitaires de l’USTO.

Ces derniers ont aussi fustigé les «persécutions subies par les étudiants, à l’image de Abdennour Aït Saïd et ses camarades, dans le but d’arrêter les marches des mardis, expression de l’adhésion des universitaires aux idéaux du hirak pour un changement radical du système».

Ils ont aussi dénoncé «les arrestations et les détentions pour de simples délits d’opinion ou d’expression». Selon eux, «aucun changement réel ne pourra se faire sans la garantie de l’indépendance de la justice et de la liberté d’expression, en particulier la liberté de la presse».

Ils ont également exprimé leur solidarité avec le juge Marzouk Sadeddine, président du Club des magistrats, et les journalistes «persécutés», à l’instar de Rabah Karèche (emprisonné), Jamila Loukil (liberté provisoire), Saïd Boudour (sous contrôle judiciaire), Khaled Drareni (en attente d’être rejugé).


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!