Des professionnels de la presse réclament la libération de Rabah Karèche | El Watan
toggle menu
vendredi, 07 mai, 2021
  • thumbnail of elwatan05052021




Des professionnels de la presse réclament la libération de Rabah Karèche

04 mai 2021 à 11 h 02 min

Des journalistes et des militants politiques ont tenu, hier à Alger, un nouveau rassemblement de soutien à leur confrère Rabah Karèche, emprisonné à Tamanrasset.

Les professionnels de la presse ayant répondu présents à l’appel ont tenu à relever la contradiction entre le discours officiel qui «prétend encourager la liberté de la presse», la célébration de la journée du 3 Mai et la réalité du terrain, marquée par une grave régression en matière de respect des libertés.

Les participants à cette action, initiée par le comité pour la libération de Rabah Karèche, ont appelé à la libération de leur confrère, à lever les contraintes sur l’exercice de la profession et garantir tout simplement la liberté d’expression.

Brandissant des pancartes sur lesquelles on pouvait lire : «Libérez la presse», «Journalism is not a crime» (le journalisme n’est pas un crime) et «Dans l’Algérie nouvelle, couvrir une manifestation mène en prison», les participants exigent également la libération inconditionnelle de Rabah Karèche. «Quelle honte, on se permet de célébrer la liberté de la presse, alors qu’on ne se gêne pas pour jeter en prison des journalistes. Depuis 2020, trois confrères ont été emprisonnés pour avoir exercé leur travail. C’est le cas de Rabah Karèche», nous déclare un confère. Les présents ont également scandé différents slogans appelant à une «Presse libre» et une «Justice indépendante».

L’action d’hier est la deuxième du genre depuis l’incarcération du journaliste, après le rassemblement organisé, le 25 avril dernier, devant le siège du journal Liberté. Correspondant dans la ville de Tamanrasset, la journaliste a été placé, le 18 avril dernier, en détention provisoire par le juge près le tribunal de la même localité. Son incarcération est intervenue après plusieurs mois de harcèlement.

Le journaliste est poursuivi pour «création d’un compte électronique consacré à la diffusion d’informations susceptibles de provoquer la ségrégation et la haine dans la société», «diffusion volontaire de fausses informations susceptibles d’attenter à l’ordre public» et «usage de divers moyens pour porter atteinte à la sûreté et l’unité nationales».


Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!