Des manifestants ont été présentés devant les juges à travers le pays : Des centaines d’arrestations en fin de semaine | El Watan
toggle menu
dimanche, 25 juillet, 2021
  • thumbnail of elwatan10072021



Des manifestants ont été présentés devant les juges à travers le pays : Des centaines d’arrestations en fin de semaine

15 décembre 2019 à 10 h 16 min

Des centaines de personnes ont été appréhendées à travers plusieurs wilayas de l’ouest du pays. Violemment arrêtés par les éléments de la police, des manifestants anti-élections ont été malmenés et placés en garde à vue avant d’être présentés devant le procureur.

Parmi les dizaines de prévenus, certains ont pu être remis en liberté, après que leurs dossiers aient été transférés pour instruction devant la chambre correctionnelle. A Aïn Témouchent, toutes les personnes interpellées (42) vendredi et présentées devant le procureur de la République ont été remises en liberté. Les prévenus, dont les dossiers ont été transférés à la chambre correctionnelle, seront jugés en comparution immédiate les 8 et 13 janvier prochain, précise Me Tamert Hafid, membre du collectif de défense des détenus. A Tlemcen, près de 50 personnes, interpellées lors des actions de protestation organisées le 12 décembre contre les élections, devront comparaître aujourd’hui devant le procureur de la République. «Un nombre important d’activistes du hirak seront présentés demain dimanche (aujourd’hui). Près de 30 personnes ont été placées en garde à vue alors que d’autres ont été remises en liberté et ont reçu des convocations pour comparution devant le juge (près de 50)», détaille Me Tamert. Le Comité national pour la libération des détenus (CNLD) a alerté, sur sa page Facebook, sur le «kidnapping» par des agents en civil de Seddik Sayeh à Tlemcen. «Les mêmes agents en civil ont effectué une perquisition de la maison de la famille Sayeh, vendredi 13 décembre à 6h, où il n’y avait que des filles à l’intérieur. Actuellement, Houria Sayeh, sœur de Seddik et Aissam, est toujours sous le choc», s’alarme le comité.

A Oran, où une violente répression s’est abattue sur les manifestants, des informations recoupées font état de la libération de toutes les personnes arrêtées (quelque 400) dans la nuit de jeudi. Bâtonnier de Tizi Ouzou, Salah Brahimi dénonce la campagne de répression «sans précédent» qui s’est abattue sur l’ouest du pays, surtout à Oran et Tlemcen. «Nous espérons de nos confrères une bonne mobilisation dans le cadre des luttes pour les libertés individuelles et fondamentales. Des arrestations de citoyens qui manifestent pacifiquement sont aveuglément opérées. Nous sommes solidaires et nous dénonçons avec la plus grande fermeté une énième dérive du pouvoir totalitaire. Le peuple vaincra la tyrannie», précise-t-il. Dans d’autres régions du pays, les manifestants anti-élections ont été également violemment interpellés en fin de semaine. Une alerte, diffusée hier sur la page Facebook du CNLD, a annoncé l’arrestation de Chafi Samir, par des agents en civil lundi dernier à Alger.

Le concerné a été «conduit au commissariat de Bab Ezzouar et placé en garde à vue jusqu’à mercredi matin avant d’être transféré au centre du DRS de Hydra pour enquête sur ses relations avec la révolution et la grève des 4 jours». Selon le comité, Chafi a informé son frère par téléphone qu’il sera présenté aujourd’hui devant le procureur, sans lui préciser quel tribunal. A Sétif, toutes les personnes en garde à vue ont été libérées, à l’exception d’une seule, signale Me Tamert. A Annaba, deux manifestants (Boussaha Zakaria et Hafiane Ahmed) seront présentés aujourd’hui devant le juge correctionnel près le tribunal d’El Hadjar. 


Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!