Des avocats dénoncent une «application variable» de la loi : Libération de deux militants poursuivis pour port du drapeau amazigh | El Watan
toggle menu
mardi, 22 octobre, 2019
  • thumbnail of elwatan20191022





Des avocats dénoncent une «application variable» de la loi : Libération de deux militants poursuivis pour port du drapeau amazigh

10 septembre 2019 à 10 h 15 min

Le tribunal de Mostaganem a acquitté, hier, Hakim Aïssi, un jeune manifestant mis en détention le 5 juillet dernier pour «port du drapeau amazigh».

Le procureur de la République avait requis deux ans de prison ferme contre le détenu. La présidente du tribunal, qui a décidé d’acquitter le jeune manifestant, a aussi ordonné la restitution au détenu du drapeau amazigh confisqué par les services de sécurité, a confié à Elwatan.com Hamaili Boubaker, membre du collectif d’avocats.

Originaire des Issers (Boumerdès), Hakim Aïssi a été arrêté lors de la marche du vendredi 5 juillet alors qu’il était en vacances et en visite chez ses proches qui résident à Mostaganem, précise le Collectif de défense des détenus (CNLD). Un collectif d’avocats s’est constitué pour la défense du jeune Aïssi, détenu à la prison de Sidi Athmane. «Le hasard fait qu’aujourd’hui (9 septembre, ndlr) est le jour de l’anniversaire de Hakim
Aïssi»,
a précise le collectif dans un post sur sa page Facebook. Un sit-in de soutien a été organisé par la famille du détenu devant le tribunal.

La présidente du tribunal de Mostaganem a suivi sa collègue de Annaba, qui avait acquitté Nadir Fetissi arrêté pour le même motif, jugeant qu’il n’y a pas de base légale à la poursuite.

A Alger, le tribunal de Sidi M’hamed continue de maintenir en prison une quarantaine de manifestants poursuivis pour «atteinte à l’unité nationale». Des avocats ont dénoncé les «anomalies» d’une affaire politique, où des manifestants sont injustement incarcérés alors que d’autres poursuivis pour la même infraction (port du drapeau amazigh) sont acquittés.

Demande de libération

Il est à préciser que dans la journée d’hier, une demande de libération d’un autre militant de Batna, Chaoui Massil Djahara, poursuivi pour le même motif, a été acceptée. «Le jugement définitif sera connu ultérieurement», précise le CNLD. «Massil Djahara est ce jeune militant chaoui de Batna arrêté par la police lors de la marche du vendredi 30 août avec deux autres manifestants. Les trois ont été relâchés dans la soirée grâce à la mobilisation citoyenne», détaille le CNLD. Un sit-in avait été organisé, hier matin dès 9h, devant le tribunal de Batna pour soutenir Massil. Des slogans hostiles au régime et au chef d’état-major ont été clamés par une dizaine de manifestants.

Par ailleurs, dans la matinée d’hier, une demande de libération provisoire a été déposée devant tribunal de Sidi M’hamed (Alger) pour les quatre «détenus du drapeau» entendus, jeudi dernier par le juge de la deuxième chambre, à savoir Samira Messouci, Amokrane Challal, Aouissi Mustapha et Kichou El Hadi. Aucune ordonnance n’a été prise par le juge instructeur du tribunal. Selon les avocats des détenus qui se sont déplacés dimanche après-midi pour voir le juge d’instruction, la décision «sera connue dans deux à trois jours, c’est-à-dire avant jeudi».

Le CNLD exige la libération immédiate et inconditionnelle de tous les détenus d’opinion et politiques et réitère son soutien à leurs familles. 


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
  • Ahcene Lalmas, une légende