Situation épidémiologique à Constantine : Des appels urgents pour l’ouverture de nouvelles structures Covid-19 | El Watan
toggle menu
vendredi, 07 août, 2020
  • thumbnail of elwatan06082020




Situation épidémiologique à Constantine : Des appels urgents pour l’ouverture de nouvelles structures Covid-19

14 juillet 2020 à 10 h 05 min

Tenue hier au siège de la wilaya à Daksi, sur décision du wali de Constantine, pour étudier la situation épidémiologique qui prévaut dans la wilaya et examiner les besoins du secteur de la santé pour lutter contre la hausse inquiétante des cas de contamination au coronavirus, la réunion, qui a regroupé les autorités et les professionnels de la santé, a été saisie par ces derniers pour dresser un état des lieux des plus alarmants.

«Nous faisons face à une contamination massive, suite au non-respect des mécanismes et des protocoles mis en place avec le déconfinement ; nous devons prendre des décisions immédiates pour maîtriser la situation», a lancé un intervenant.

Ce dernier soutient que l’état des lieux à Constantine nécessite la mobilisation d’au moins 600 lits pour absorber ce flux de cas confirmés positifs, avec le renforcement en capacités humaines.

«Nous avons besoin d’au moins 450 praticiens, toutes spécialités confondues, avec le double en personnel paramédical pour travailler en rotation de deux mois, ce qui permettra d’éviter l’épuisement des personnels ; nous devons aussi exploiter le maximum des structures existantes ; mais il est urgent d’ouvrir de nouvelles structures dédiées à la Covid-19 pour faire face à l’explosion des cas de contamination», poursuit-il.

Parmi les propositions, on retiendra surtout l’augmentation des tests PCR à 200 par jour, mais surtout l’urgence d’ouvrir une structure Covid à l’hôpital d’El Khroub.

«Nous constatons toujours des cas en hausse à la nouvelle ville Ali Mendjeli et à El Khroub ; des cas qu’on continue d’acheminer vers les hôpitaux de Constantine, alors qu’il faut les prendre en charge sur place ; pourquoi ne pas ouvrir un centre Covid à la clinique cardiaque de la cité Eriad, et faire les consultations dans les polycliniques», proposent d’autres intervenants.

La plupart des praticiens et spécialistes présents ont dénoncé les conditions de travail et de garde, qualifiées de déplorables, alors que le personnel de santé, complètement débordé et manquant de protection, est toujours exposé à la contamination.

«Nous demandons votre aide pour assurer la sécurité au CHU de Constantine, nous sommes agressés, insultés et humiliés chaque jour, alors qu’on continue d’exercer dans des conditions pénibles ; nous demandons l’ouverture d’un chapiteau dans la cour du CHU pour pouvoir mieux nous occuper des malades, surtout que les services sont complètement saturés», lance un médecin à l’adresse du wali.

Un autre ajoutera sur un ton de désolation : «Il est regrettable de constater que des médecins et des paramédicaux contaminés ne sont même pas pris en charge, et se retrouvent à faire la chaîne avec les citoyens dans les hôpitaux, alors qu’ils étaient dans les premiers rangs à faire face à cette pandémie.» Ce dernier avance le chiffre de 10% des cas déclarés positifs parmi le personnel soignant.

Une hausse alarmante des cas positifs

Côté chiffres, la situation n’est guère rassurante. Selon Adil Daas, directeur de la santé de la wilaya, le nombre des cas confirmés positifs a connu une hausse de 30% en moins d’un mois. Jusqu’à la journée du 12 juillet, la wilaya a enregistré 1830 cas suspects, dont 780 cas confirmés positifs à la PCR, 523 sujets négatifs et 370 malades guéris.

Le DSP n’a pas communiqué le nombre de décès, évalués à 25, selon les chiffres du ministère de la Santé. La majorité des cas est enregistrée à Constantine et El Khroub. Dans cette dernière, Ali Mendjeli occupe la tête avec 71% des cas.

Pour sa part, le wali de Constantine, Sassi Ahmed Abdelhafidh, a annoncé, comme premières mesures, l’aménagement de l’Institut supérieur de formation paramédicale sur la route de Aïn El Bey en structure d’accueil avec une capacité de 85 lits, alors qu’un budget de 800 millions de centimes a été débloqué pour l’acquisition de réactifs et de produits nécessaires, destinés à l’antenne locale de l’Institut Pasteur, faisant partie d’un montant de 140 millions de dinars réservé aux équipements.

«Nous sommes à l’écoute de tous les acteurs du secteur pour mobiliser les moyens humains et financiers afin de faire face à cette situation ; il vous appartient à vous de nous soumettre vos propositions pour renforcer les structures existantes et, si nécessaire, ouvrir de nouvelles structures, comme je lance un appel à tous les responsables pour prendre des initiatives et de ne pas se contenter d’attendre», a-t-il déclaré.



S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!