Découvertes archéologiques à Aïn Boucherit (Sétif): L’Algérie, berceau de l’humanité | El Watan
toggle menu
samedi, 07 décembre, 2019
  • thumbnail of elwatan20191207

  • Massage Tunisie



Découvertes archéologiques à Aïn Boucherit (Sétif): L’Algérie, berceau de l’humanité

01 décembre 2018 à 11 h 20 min

Des archéologues ont découvert en Algérie des outils en pierre taillée remontant à 2,4 millions d’années, bien plus anciens que ceux trouvés dans cette région jusqu’à présent, ce qui pourrait remettre en cause l’Afrique de l’Est comme berceau unique de l’humanité.

Cette information a été divulguée par la prestigieuse revue Science «suite à des travaux».

Les galets en calcaire et en silex taillés ont été découverts à Sétif, à 300 km à l’est d’Alger, par une équipe de chercheurs internationaux, dont des chercheurs algériens. Les outils ressemblaient exactement à ceux dits Oldowan, trouvés jusqu’alors principalement en Afrique de l’Est. Ils ont également déterré à proximité «des dizaines d’ossements d’animaux fossilisés, présentant ce qui ressemble à des marques d’outils – de véritables outils de boucherie préhistoriques».

Ces ossements proviennent d’ancêtres crocodiles, éléphants, hippopotames ou autres girafes.
«La découverte d’Aïn Boucherit a un impact national et global», selon une note de presse du Centre national de recherches préhistoriques, anthropologiques et historiques (CNRPAH). Il est mentionné : «On savait très peu de choses sur la plus ancienne présence humaine en Algérie et en Afrique du Nord en général avant le projet de recherche international et multidisciplinaire lancé par le Pr. M. Sahnouni. L’âge des objets archéologiques connus auparavant était vaguement estimé, ne dépassant pas un demi-million d’années».

Deux décennies de recherches sur le terrain et en laboratoire à Aïn El Hanech, dirigées par le Pr M. Sahnouni, ont montré que les «premiers hommes fabriquaient des outils lithiques en Algérie, quasi contemporains des plus anciens connus en Afrique de l’Est et dans le monde datant de 2,6 millions d’années.» Désormais, Aïn Boucherit est le deuxième site archéologique le plus ancien du monde après celui de Gona en Ethiopie, daté de 2,6 millions d’années.

De ce fait, les scientifiques ont longtemps pensé que les premiers hommes et leur culture matérielle étaient originaires du Rift est-africain ; et c’est seulement un peu plus tard qu’ils se sont répandus dans la partie septentrionale du continent africain. Cependant, les preuves d’Aïn Boucherit démontrent que la première occupation humaine en Afrique du Nord est beaucoup plus ancienne qu’on le pensait, à savoir de 2,4 millions d’années quasiment contemporaine de celle d’Afrique orientale. Ces preuves plaident clairement en faveur d’une origine multiple des débuts de la culture humaine en Afrique du Nord et en Afrique de l’Est.

Les chercheurs algériens, à l’instar du professeur Sahnouni, espèrent que cette découverte aura des retombées sur la recherche archéologique en Algérie.

Les activités du CNRPAH, telles que précisées dans ses statuts, concernent la recherche dans les domaines de la culture et des interactions de l’homme avec ses milieux, de la préhistoire à nos jours. Il s’agit de recherches de terrain qui comportent plusieurs phases, depuis la prospection, le recueil et la collecte de corpus jusqu’aux travaux de laboratoire.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!