Début officiel de la campagne présidentielle aujourd’hui : Les candidats sur un «terrain miné» | El Watan
toggle menu
jeudi, 23 janvier, 2020
  • thumbnail of elwatan23012020

Début officiel de la campagne présidentielle aujourd’hui : Les candidats sur un «terrain miné»

17 novembre 2019 à 10 h 35 min

La campagne électorale s’ouvrira officiellement aujourd’hui, dans un climat des plus tendus. Alors que les Algériens qui battent le pavé chaque vendredi sous le cri qu’il n’y aura pas «d’élections avec les îssabate (les bandes)», il est à s’interroger sur la manière dont se tiendront ces trois semaines de campagne au cours de laquelle les cinq candidats auront la lourde tâche de convaincre les électeurs d’aller aux urnes.

La mission est d’autant plus difficile que les Algériens contestataires dénoncent un simulacre d’élection présidentielle organisée par le régime pour se régénérer. Les premiers signes d’une «drôle de campagne» sont déjà là : à peine installés, les premiers panneaux d’affichage ont été ornés de tags rejetant les élections ou, pour les plus téméraires, de sacs poubelles.

Malgré tout, l’Autorité nationale indépendante des élections (ANIE) s’échine à sauver les apparences, en assurant que les élections se dérouleront dans de «bonnes conditions». Elle a rassemblé hier les cinq candidats au siège du Palais des nations à Club des Pins pour la signature d’une charte d’éthique des pratiques électorales.

Les responsables de l’ANIE multiplient les déclarations faisant croire à une élection ordinaire avec ses «débats», son «temps de parole» et ses règles.

Le vice-président de l’ANIE, Abdelhafid Milat, a ainsi indiqué, dans une déclaration reprise par l’APS, à propos du financement de la campagne électorale, que cette opération est régie par la loi, assurant que l’on «ne permettra pas que des fonds issus d’activités illégales et dont l’origine est inconnue soient utilisés et on interviendra en cas de dépenses excessives et injustifiées pour demander des explications». La répartition du temps de parole des cinq candidats à l’élection présidentielle a, par ailleurs, été fixée suite à un tirage au sort.

Quid des sorties sur le terrain et des meetings populaires ? Les candidats n’ont, pour l’heure, pas communiqué de programmes de sorties sur le territoire national ni de dates de meetings populaires.

Tout porte à croire que l’essentiel de la campagne sera basé sur les débats télévisés et sur les réseaux sociaux.  L’ANIE souligne à ce propos que la campagne électorale verra «des débats entre candidats, en cours de préparation en coordination avec l’Autorité de régulation de l’audiovisuel (ARAV)», mettant en exergue le rôle «prépondérant» des médias dans le déroulement régulier et loyal de la campagne électorale.

Cela au moment où la Télévision publique (ainsi que plusieurs chaînes privées) ne couvre pas le hirak et ne donne pas la parole à ceux qui rejettent les élections présidentielles.

Les candidats tentent néanmoins de faire bonne figure en dépit des railleries de la rue et sur les réseaux sociaux. Aussi présentent-ils leurs programmes électoraux comme si de rien n’était, en minimisant l’ampleur des manifestations. Tous affirment, la main sur le cœur, qu’ils aspirent à réaliser les vœux du hirak. Abdelmadjid Tebboune, place son programme sous le slogan «Engagés pour le changement, capables de le réaliser», comportant 54 engagements pour l’instauration d’une «nouvelle République».

Le président du parti Talaie El Hourriyet, Ali Benflis, livre un «serment pour l’Algérie» qui œuvrerait pour un «changement global», conformément aux demandes et aspirations «justes et légitimes» du hirak.

Le président du mouvement El Bina, Abdelkader Bengrina, a déclaré, de son côté, que son programme s’appuie essentiellement sur «le principe de consultation des Algériens sur les voies de sortie de crise, la récupération des fonds volés, la concrétisation de la sécurité alimentaire et territoriale de l’Algérie», tout en apportant son soutien aux exigences du mouvement populaire, hirak.

Enfin, Ayant pour slogan de sa campagne, «Le peuple décide», le candidat Belaïd s’est engagé qu’une fois élu président de la République, il œuvrera à bâtir «des institutions fortes reflétant la place de l’Etat algérien».

Auparavant, nous avons eu droit à une campagne sans candidat – on se rappelle notamment des campagnes électorales où le président Bouteflika avait brillé par son absence –, peut-être aurons-nous cette fois-ci des candidats sans campagne !


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!