toggle menu
mercredi, 14 novembre, 2018
  • thumbnail of elwatan09072018

Dans les coulisses de : Des urgences médicales, dites-vous ?

09 novembre 2018 à 11 h 01 min

Vendredi dernier. Il est un peu plus de midi. Une patiente, la vingtaine, arrive aux urgences de l’hôpital Mustapha Pacha. Dans la matinée, elle avait fait un malaise.

Aux urgences cardiologie, on l’informe qu’elle doit préalablement passer chez le généraliste et c’est à lui de l’orienter vers le service adéquat. Récit de la malade : «Je me dirige alors vers les urgences. 45 minutes plus tard, mon tour arrive enfin. J’étais agréablement surprise par le médecin assurant la garde. Elle était à l’écoute et surtout très humaine. N’ayant pas le matériel nécessaire, elle m’oriente vers les urgences de cardiologie avec mention de faire un ECG.»

La patiente se dirige alors vers ce service. Sur place, le médecin lui signifie clairement son refus d’effectuer l’électrocardiogramme. «Elle m’a clairement dit qu’elle refusait de le faire, car ceci n’est pas son travail, mais celui du technicien, qui était absent. Puis, elle a évoqué qu’il n’y avait pas suffisamment de papier dans l’appareil et si par malheur, une urgence survient la nuit, ils seront dans l’incapacité d’effectuer un ECG», révèle la patiente, toujours choquée. «Je me rappelle être restée calme au départ, car je ne réalisais pas ce qu’elle me disait. Puis la colère s’est emparée de moi.

J’ai essayé de lui expliquer que j’avais fait un malaise le matin même et qu’elle avait devant elle une urgence. Elle n’a rien voulu entendre et m’a proposé de me plaindre auprès de ses responsables, si je le souhaitais», raconte-t-elle encore. La patiente confie que c’est grâce à un médecin du service de réanimation qu’elle a pu avoir son ECG : «Elle m’a entendu crier. J’étais hors de moi. Pour me calmer, elle m’a gentiment proposé de me le faire dans son service, or, elle n’était pas obligée.»

Examen en main, la patiente avoue qu’elle n’a pas pu retourner voir le cardiologue qui l’a «gentiment» envoyé balader en refusant d’effectuer un examen pourtant important, vu l’urgence de la situation. «La responsable des gardes m’a conseillé de retourner voir le médecin et si elle refuse de m’ausculter, il y aura sanctions. Ce que j’ai catégoriquement refusé, vu le traitement que j’ai eu. Je lui ai clairement fait comprendre que si je devais mourir le soir-même, je n’irai jamais la voir, car pour moi, elle n’était pas médecin», conclut la patiente.

Lire aussi

Loading...

Related Post

S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!