Première semaine de la levée partielle du confinement : Constat inquiétant dans des marchés de la capitale | El Watan
toggle menu
samedi, 30 mai, 2020
  • thumbnail of elwatan30052020




Première semaine de la levée partielle du confinement : Constat inquiétant dans des marchés de la capitale

05 mai 2020 à 10 h 06 min

Une foule compacte se meut entre les étals de fruits et légumes des marchés algérois, sans se soucier de la propagation foudroyante du Covid-19, qui a fauché la vie à plus de 450 Algériens, majoritairement des personnes âgées. Que ce soit à Bab El Oued, à Climat de France ou à la rue Ferhat Boussaad,(ex-Meissonnier), l’image est la même. Elle fait peur et interpelle les consciences.

La levée partielle du confinement en ce début du mois de Ramadhan a poussé de nombreux citoyens à se ruer sur les commerces et marchés, sans se soucier des mesures barrières contre la propagation du Covid-19. Le constat dans trois quartiers populaires algérois, Bab El Oued, Climat de France ainsi que Ferhat Boussaad (ex-Meissonnier), est alarmant. Aussi bien les commerçants que les citoyens font fi des règles obligatoires de protection pour éviter la contamination.

Nous commençons par le marché Said Touati, situé au parking qui porte le même nom, se trouvant non loin de la place Triolet, au quartier de Climat de France. Pour y accéder, il faut se frayer un chemin au milieu de ces grappes humaines qui slaloment dans des passages étroits.

Devant certains, c’est carrément une masse humaine qui se forme et rares sont les personnes qui portent un masque ou qui se mettent à l’écart. «Respectez les distances, vous êtes en train de vous tuer !» lance une femme, la quarantaine, à un groupe de personnes qui se bousculent pour acheter de la pomme de terre, cédée à 35 DA le kilo.

Personne ne fait attention à elle. Chacun tente en jouant des coudes, poussant des cris de colère en projetant des gouttelettes de salive et en vous bousculant pour vous expulser de la masse humaine, d’arracher ses 6 kg de patates à 200 DA. L’air est irrespirable. Les mêmes scènes, les mêmes gestes et la même inconscience partout dans ce marché populaire que nous quittons en direction de Bab El Oued.

«Al Kantira», le marché mythique s’est effondré, mais les ruelles adjacentes sont incroyablement bondées de monde qui tourne autour de l’imposante clôture qui encercle les débris de l’ancienne bâtisse. Ici, les bavettes sont rares alors que quelques commerces ne laissent, néanmoins, qu’un seul client à la fois entrer dans leurs locaux. A quelques encablures, juste derrière la nouvelle poste, le constat est effrayant. Un marché souterrain de fruits, légumes et viandes attire un nombre impressionnant de citoyens. Pour y accéder, il faut livrer bataille à une masse humaine agglutinée devant l’entrée. A l’intérieur, l’air manque terriblement.

Aucune aération n’existe dans cet espace exigu, alors que la lumière du jour a cédé place à des lampes accrochées à un plafond lézardé, et quelques lucarnes faites de nevadas. Jeunes et moins jeunes, majoritairement sans masques, se bousculent autour des étals. On suffoque à l’intérieur et personne ne semble conscient du danger qui pèse sur la santé. Nous quittons ce lieu à destination du quartier commerçant Ferhat Boussaad, ex-Meissonnier, situé en plein cœur de la capitale.

A vue d’œil, une marée humaine se déverse tous les jours, depuis la réouverture des magasins de vêtements et le retour des vendeurs à la sauvette. Certains magasins obligent les citoyens à se mettre en file pour ne laisser que quelques-uns y accéder. D’autres ne se soucient nullement du risque encouru en se laissant envahir par les clients.

Il est même impossible de se faire un chemin pour passer d’un trottoir à un autre. Ici, la distanciation sociale n’existe pas. Même si certains commerçants le rappellent à travers des écriteaux accrochés sur leurs vitrines, les clients passent outre. «Je n’arrive pas à leur faire comprendre qu’il faut respecter la distance. Ils veulent tous entrer en même temps. J’ai mis de l’eau de Javel sur une serpillière à l’entrée pour essuyer les chaussures, mais cela n’est pas suffisant», lance Mohamed, vendeur de djellabas (robes d’intérieur). Juste à côté de lui, un magasin de vêtements pour enfants. C’est la ruée. Des femmes, traînant leurs enfants, se bousculent pour accéder aux tenues accrochées au mur.

Certaines font l’essayage en public. Mourad n’a plus le contrôle. «Depuis deux jours, je ne cesse de dire aux clients que l’accès des enfants au magasin est interdit, mais personne ne semble conscient du danger. Ils ramènent leurs bambins, parfois en bas âge, pour leur essayer les tenues. Que puis-je faire ? Je dois ouvrir mon magasin et travailler. Je n’ai pas les moyens de les obliger à respecter les mesures. Tous les jours, c’est la bagarre à l’entrée», explique Mourad, propriétaire de la boutique.

Les mêmes propos sont tenus par Noureddine, vendeur dans un magasin de chaussures. «Les gens sont indisciplinés. De plus, avec le retour des vendeurs à la sauvette, ce n’est pas facile pour les clients de trouver de la place pour faire la chaîne et respecter la distance de sécurité. Je mets le masque, je javélise ma monnaie et j’utilise le gel alcoolique, mais cela ne sert à rien, si tout ce monde qui grouille dehors ne respecte pas ces mesures», déclare Noureddine. A la sortie de cette rue très commerçante, le marché de fruits et légumes offre également le même spectacle.

Le port des bavettes n’est pas respecté, alors que des grappes humaines se forment devant les allées du marché qui ne désemplit pas. Une situation inquiétante dont les conséquences sur la santé publique seront catastrophiques. Le confinement, même partiel, appelle à des mesures coercitives à l’égard des commerçants, mais aussi des citoyens qui ne respectent pas et mettent en danger la santé d’autrui. La responsabilité des autorités locales, maires et walis, se trouve totalement engagée. 



S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!