Constantine : des artistes solidaires du soulèvement populaire | El Watan
toggle menu
jeudi, 22 août, 2019
  • thumbnail of elwatan20190822
  • Pub Alliance Assurance





Constantine : des artistes solidaires du soulèvement populaire

15 mars 2019 à 8 h 29 min

Les artistes de Constantine n’ont pas voulu rester en marge des mouvements de protestation qui secouent la ville depuis mardi dernier, rejetant la feuille de route de Bouteflika annoncée le 11 mars en cours. Ils ont décidé d’agir à leur manière et de marquer de leur empreinte ce mouvement populaire.

Des dizaines de comédiens, scénaristes, écrivains et présidents d’associations culturelles se sont rassemblés, hier matin, devant le TRC Mohamed Tahar Fergani, pour saluer l’action du peuple, et surtout appeler les jeunes à penser à l’avenir. Penser à l’après-protestations. Selon des artistes rencontrés sur les lieux, l’objectif de cette action se veut plus qu’un mouvement de protestation ; il a été qualifié de soutien et de geste de solidarité apporté par la corporation aux jeunes insurgés contre le régime. «Nous voulons reprendre notre Algérie (…). Je salue aussi l’action de nos jeunes, qui ont réussi à faire sortir l’Algérie du tunnel. Je leur dis bravo, bravo, bravo», a lancé Kamel Ferrad, fils de martyr, comédien et metteur en scène, qui n’a pu retenir ses larmes. Présent parmi les jeunes artistes, le comédien Seif El Islam Boukerrou a exprimé son optimisme en ajoutant : «Nous avons brisé l’image d’une jeunesse algérienne considérée comme des bras cassés, inconsciente et non engagée.

Mais nous devrions penser à un projet de société et, en tant qu’artistes, nous voulons participer à cette action, afin d’envisager un programme pour exploiter les richesses de notre pays. Nous avons beaucoup de moyens qui nous permettront de reconstruire l’Algérie au bout de cinq ans.» Pour sa part, Lounis Yaou, président de l’association culturelle NumidiArt, a appelé les jeunes à tracer une feuille de route des actions à envisager après les protestations. «Les marches et protestations sont des faits réels qui sont désormais inscrits dans l’histoire de l’Algérie. C’est une excellente initiative des jeunes Algériens, mais quelle sera la prochaine action ? Il faut penser à un changement au profit du peuple, au profit de l’élite. Car si le changement sera mené sans la participation du peuple, sans se référer à sa réflexion et ses objectifs, il sera mené contre lui.

Donc il faut se réunir pour penser à l’avenir», a-t-il insisté. Une minute de silence a été observée à la mémoire du regretté dramaturge algérien Abdelkader Alloula, assassiné le 14 mars 1994 à Oran.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!