Covid-19 : Le spectre de la deuxième vague | El Watan
toggle menu
lundi, 21 septembre, 2020
  • thumbnail of elwatan07092020





Reconfinement dans plusieurs régions du monde

Covid-19 : Le spectre de la deuxième vague

20 juillet 2020 à 10 h 08 min

Les pays d’Europe et d’Asie ont aujourd’hui la hantise de la deuxième vague de l’épidemie du coronavirus qui continue de faire plus de victimes. Face à la flambée constatée ces dernière semaines des cas de contamination dans de nombreuses villes jusque-là maîtrisées, de nouvelles mesures sont ciblées à l’effet de freiner l’évolution de l’épidémie

La Covid-19, qui a contaminé plus de 14 millions de personnes dans le monde, continue de se propager ou reprend dans de très nombreux pays. En Europe, plusieurs Etats ont pris des mesures ciblées pour tenter d’éviter une deuxième vague. Aux Etats-Unis, plus de 60 000 nouveaux cas de contamination ont été enregistrés samedi, ce qui porte le bilan total à 3 698 209 cas.

Face à un quasi-triplement du nombre de cas en une semaine, les habitants de Barcelone, la deuxième ville d’Espagne, très prisée par les touristes étrangers, ont été appelés vendredi dernier à «rester chez eux».

Le secteur de l’hôtellerie et celui de la restauration se trouvent déjà en grande difficulté depuis le début de l’épidémie de coronavirus, et un reconfinement est perçu comme un nouveau coup de massue pour les commerçants de la ville catalane.

Les Etats-Unis sont le pays le plus endeuillé au monde avec 140 103 décès, devant le Brésil (78 772), le Royaume-Uni (45 273), le Mexique (38 888) et l’Italie (35 042).

Les Etats-Unis connaissent depuis plusieurs semaines une flambée des infections dans le sud et l’ouest. Le monde entier reste ainsi en alerte. «Le gros de l’épidémie est encore devant nous et non pas derrière nous», soulignent les infectiologues.

Face à cette situation, la crise économique provoquée par la pandémie est entrée dans une nouvelle phase, mais le monde «n’est pas tiré d’affaire», affirme Kristalina Georgieva, directrice du Fonds monétaire international (FMI).

Elle enjoint les gouvernements à poursuivre les mesures de protection sociale, dépenser l’argent public pour stimuler l’économie et profiter de cette «occasion qui ne se présente qu’une fois par siècle» de reconstruire un monde «plus équitable, plus vert et surtout plus résilient».

La conjoncture actuelle suscite la peur de la faillite pour les entrepreneurs, l’angoisse du chômage et des fins de mois difficiles pour les salariés.

Le ministre des Finances britannique a annoncé de nouvelles mesures de relance post-Covid-19, totalisant 33 milliards d’euros (30 milliards de livres). Rishi Sunak a promis une baisse de TVA pour certains secteurs, des subventions pour la rénovation énergétique et des aides à l’emploi des jeunes.

La France a confirmé qu’un plan massif était en préparation, mais le détail des mesures ne sera révélé qu’en septembre. Ce plan de relance de l’économie française représentera au moins 100 milliards d’euros, en plus des 460 milliards d’euros déjà engagés en mesures sectorielles et de soutien à l’économie depuis le début de l’épidémie.

Le président français a indiqué qu’il n’augmenterait pas les impôts pour faire face à l’explosion des dépenses publiques. «On ne résout pas une crise comme celle-ci en augmentant les impôts», affirme-t-il.

Les dirigeants de l’Union européenne recherchent un compromis de dernière minute sur un plan destiné à relancer l’économie. Les 27 recherchent un accord sur un fonds de relance doté de 750 milliards d’euros pour tenter de faire repartir leurs économies, paralysées par la fermeture de larges pans de l’activité afin de lutter contre la propagation de la Covid-19.

Les petites et moyennes entreprises qui sont le moteur de l’économie mondiale souffrent énormément et beaucoup risquent de ne pas s’en remettre.

Les personnes vivant dans les pays en développement ou en situation de fragilité sont exposées aux risques les plus graves, en partie parce qu’elles sont moins résilientes.

«La pandémie de Covid-19 a bouleversé le monde du travail. Aucun travailleur, aucune entreprise sur la planète n’a été épargné», a déclaré António Guterres, Secrétaire général de l’ONU.

Il a appelé à agir en apportant un soutien immédiat aux travailleurs, aux entreprises, à l’emploi et aux revenus afin d’éviter les fermetures, les pertes d’emploi et la baisse des revenus et accorder une attention accrue à la fois à la santé et à l’activité économique après la levée des mesures de confinement, en garantissant des lieux de travail sûrs et la protection des droits pour tous.



S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!