Conférence du dialogue national de samedi prochain : L’opposition en quête d’un plan consensuel de sortie de crise | El Watan
toggle menu
lundi, 26 août, 2019
  • thumbnail of elwatan20190826



  • Pub Alliance Assurance


Conférence du dialogue national de samedi prochain : L’opposition en quête d’un plan consensuel de sortie de crise

02 juillet 2019 à 10 h 05 min

Les préparatifs de la conférence du dialogue national, initiée par des partis de l’opposition, se poursuivent, à moins d’une semaine de ce rendez-vous prévu samedi prochain à Alger. La rencontre, annoncée depuis plusieurs jours, pourrait être un premier pas vers «un large consensus» en vue de résoudre la crise politique actuelle et permettre au pays de sortir de cette impasse.

Intervenant après la conférence des dynamiques de la société civile et le pacte politique adopté par les forces de l’alternative démocratique qui insistent sur la transition démocratique, le forum de samedi prochain vise, selon ses initiateurs, «à rapprocher les visions de tous les acteurs» en vue de sortir avec une proposition consensuelle.

A l’exception des partis du pouvoir qui ont soutenu le 5e mandat du président déchu, Abdelaziz Bouteflika, en l’occurrence le FLN, le RND, MPA et TAJ, la conférence, selon son coordinateur, Abdelaziz Rahabi, sera ouverte à tous les représentants de la classe politique et du mouvement associatif et syndical.

Des personnalités nationales connues seront aussi conviées, dont l’ancien président de la République Liamine Zéroual, Ahmed Taleb Ibrahimi, Mouloud Hamrouche, Ahmed Benbitour, Ali Yahia Abdennour et Djamila Bouhired. En attendant de connaître la liste finale des participants, la rencontre devra donner une réponse au pouvoir qui ne propose que l’organisation d’une élection présidentielle. «Notre initiative n’est pas celle de partis ou de pôles. De nombreux partis, représentants de la société, syndicats et élites, ont apporté leur contribution à cette initiative globale.

Elle est bâtie sur l’idée d’aller à une élection présidentielle après une période définie et après un accord politique global sur les mécanismes à adopter et sur l’instance qui organise et suit les élections. Pas d’élection avant cet accord», explique Abdelaziz Rahabi, en marge de la rencontre des forces de l’alternative démocratique, tenue le 26 juin dernier au siège du RCD.

«Trouver un compromis»

Selon lui, cette initiative vise à trouver un compromis «entre ceux qui veulent une période de transition constituante, ceux qui veulent une période de transition et ceux qui sont favorables à un rapide retour au processus électoral». Et d’ajouter : «Nous ne sommes pas responsables de la crise, mais nous sommes responsables de la sortie de la crise. Il s’agit de jeter les ponts entre les différentes propositions et visions pour aboutir à une initiative politique nationale consensuelle.»

Lors de son passage sur les ondes de la Radio nationale, l’ancien ministre de la Communication précise que la rencontre de samedi prochain sera, sans doute, suivie par d’autres jusqu’à l’élaboration d’une proposition consensuelle à la crise. «Il s’agit d’une rencontre préliminaire, qui sera suivie, certainement, par d’autres rendez-vous inclusifs, afin de délibérer et réfléchir sur des propositions politiques, loin de toutes considérations idéologiques et partisanes et dans le seul souci de surmonter le blocage actuel», souligne Abdelaziz Rahabi.

En attendant l’issue de cette rencontre, des interrogations demeurent posées concernant l’attitude du pouvoir et de l’institution militaire qui refusent, jusqu’à présent, toute proposition qui ne cadre pas avec leur feuille de route. Accepteront-ils les résultats de cette rencontre ? Wait and see.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!