Concertation à Béjaïa pour un appel à une grève générale | El Watan
toggle menu
mercredi, 20 novembre, 2019
  • thumbnail of elwatan20112019

  • Massage Tunisie


Concertation à Béjaïa pour un appel à une grève générale

16 septembre 2019 à 10 h 00 min

L’appel anonyme à la grève générale pour hier, 15 septembre, lancé sur les réseaux sociaux,qui coïncide avec la date annoncée pour une éventuelle convocation du corps électoral, n’a pas été suivi par la population et les différents secteurs d’activité dans la wilaya de Béjaïa. Le caractère mystérieux de cet appel a suscité beaucoup de vigilance et de méfiance chez la population, qui a déjà payé les frais d’une grève cyclique anonyme et anarchique durant les mois de mars et avril derniers.

Hormis le Snapap et le Cnes qui ont décrété «université morte» la journée du dimanche, les autres secteurs ont fonctionné normalement en ce début de semaine.

Afin d’éviter à la wilaya de sombrer dans l’anarchie, syndicats, partis politiques, associations et autres organisations de la société civile tiendront une rencontre de concertation, demain au siège du Satef, en vue de préparer une action d’envergure à l’échelle de la wilaya de Béjaïa, qui pourrait prendre la forme d’une grève générale.

Et ce, pour dénoncer les restrictions de la liberté d’expression, de réunion, exiger la libération des détenus et le rejet de l’élection présidentielle. Car, précisent les signataires d’un communiqué rendu public, «la situation est préoccupante et exige une riposte à la hauteur du défi. C’est dans cette logique et dans le cadre de la mise en œuvre du plan d’action élaboré lors de la convention de Béjaïa le 24 août dernier ainsi que la résolution de la conférence nationale des Forces de l’alternative démocratique tenue le 9 septembre» que cet appel à la rencontre de demain est lancé.

Prendront part à cette réunion trois partis politiques, à savoir le PT, le PST et le RCD, en attendant la réponse des dirigeants du FFS. Les syndicats autonomes comme le CLA, le Satef, le Snapap et le Collectif enseignants/ATS de l’université de Béjaïa ont confirmé leur participation, en attendant le syndicat de l’éducation Cnapeste qui tergiverse, en l’absence d’un quitus de sa direction nationale sur la question d’engager localement sa base sur le terrain en tant que syndicat. D’autres comités et organisations associatives – à l’image d’Avo88, du comité de soutien aux travailleurs, de la Laddh, du RAJ, de l’UGCA, de l’AJCB et du groupe Algérie algérienne (GAA) – sont d’ores et déjà du rendez-vous.

Les participants auront ainsi à débattre de la situation politique du pays, avant de décider de la nature de l’action à engager. Pour les signataires de la déclaration, «le chef d’état-major qui incarne le pouvoir réel est décidé à donner une nouvelle vie au système objet de contestation populaire», attestant que «les élections qu’il veut imposer au peuple représentent le mécanisme de sauvegarde de ce système». Pour le groupe de signataires, l’état-major s’engage «sur la voie de la répression qui tranche avec ses premières déclarations en faveur du mouvement».

De son côté, AVO88 a appelé «les présidents d’APC à fermer les bureaux des services des élections à partir de la date de la convocation du corps électoral en signe de solidarité avec le peuple et pour signifier à l’état-major de l’armée que cette élection présidentielle est nulle et non avenue».  


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!