Compte rendu de la rencontre de Djemaï avec l’ambassadeur de Russie : Le jeu trouble du FLN | El Watan
toggle menu
vendredi, 22 novembre, 2019
  • thumbnail of elwatan20191121

  • Massage Tunisie


Compte rendu de la rencontre de Djemaï avec l’ambassadeur de Russie : Le jeu trouble du FLN

31 août 2019 à 10 h 23 min

Cafouillage autour des déclarations de l’ambassadeur de Russie en Algérie, Igor Belaev. Dans le compte rendu d’une rencontre du SG du FLN, Mohamed Djemaï, avec l’ambassadeur russe à Alger mercredi dernier, le parti rapporte que M. Beliaev a fait savoir que son pays est aux côtés du peuple algérien «seul maître de son destin» et rejette toute ingérence dans les affaires internes de l’Algérie.

Ne se contentant pas de ces déclarations, le diplomate précise que la «solution (à la crise) consiste en l’organisation d’une élection présidentielle dans les plus brefs délais». A en croire le compte rendu, il aurait même loué le rôle de la commission de dialogue et de médiation conduite par Karim Younès et celui de l’armée dans les résultats obtenus par le mouvement populaire. Un tollé a suivi les propos prêtés à l’ambassadeur russe. Des internautes ont dénoncé une volonté d’ingérence des Russes «avec la complicité du FLN». Il est à noter que le bureau politique du FLN n’a pas repris dans son communiqué, rendu public dans la soirée de mercredi, les points détaillés dans son premier compte rendu publié juste à l’issue de la rencontre. Dans les comptes rendus des télévisions, l’ambassadeur s’est contenté de rappeler les «relations fortes entre l’Algérie et la Russie».

Formule diplomatique convenue. Le post publié sur la page Facebook de l’ambassade n’apporte pas non plus d’autres détails : «Les deux parties ont discuté de la situation politique actuelle en RADP et de plusieurs aspects des relations bilatérales ainsi que leur intensification dans le domaine des liens interparlementaires». Jeudi, une source de l’ambassade de Russie a démenti les propos prêtés à l’ambassadeur, précisant que la rencontre «entrait dans le cadre de l’exercice ordinaire de l’ambassadeur». Par ailleurs, la source, citée par le journaliste Nadjib Belhimer, précise que l’ambassadeur organisera en début cette semaine une conférence et aura ainsi à faire des «précisions» sur la rencontre. Dans une déclaration à TSA Arabi, le FLN s’est cru obligé d’apporter des «éclairages» concernant l’entrevue de son premier responsable. «Le diplomate (russe) a fait des déclarations diplomatiques qui n’ont rien à voir avec de l’ingérence», a noté Mohamed Laâmari.

«L’aide de la Russie»

«Vous vous attendiez à ce que le FLN tolère ça, de surcroît à l’intérieur de son siège ?», s’est-il interrogé, précisant que le diplomate ne s’est pas étalé sur les «détails» de la crise algérienne et s’est contenté d’exprimer ses vœux que les Algériens trouvent une solution dans les «meilleurs délais». Le FLN veut-il «impliquer» le partenaire russe dans les affaires internes du pays, alors que la rhétorique habituelle du parti nationaliste est le refus de l’ingérence étrangère, particulièrement française et ses soutiens locaux, «hizb frança» ? Le parti estime-t-il qu’il y aurait une «ingérence positive» et une autre qui ne l’est pas, comme l’ont relevé des Facebookeurs ? Le parti de Djemaï a-t-il menti ? A-t-il éventuellement obéi à des injonctions externes à l’organisation qui voudraient que des puissances étrangères «amies» «adoubent» la feuille de route défendue par le haut commandement de l’armée ?

Ou s’agit-il d’une énième maladresse d’un parti qui cherche à jouer un rôle alors que la rue et une partie de la classe politique veulent le «sortir» de la scène politique nationale ? La rencontre du FLN et les propos prêtés à l’ambassadeur de Russie rappellent la visite effectuée en mars dernier par Ramtane Lamamra et les réactions internes très hostiles. «Je tiens à vous assurer que ce qui se passe actuellement en Algérie est une affaire purement interne…», a déclaré R. Lamamra face à son homologue russe, Sergueï Lavrov.

Des réactions d’indignation internes ont suivi l’escapade russe de l’ancien ministre des AE, dénonçant la tentative d’internationalisation d’une question interne par le régime de Bouteflika. Ce qui a d’ailleurs obligé la partie russe à réagir. «Personne n’a demandé d’aide à la Russie. Alger et Moscou souhaitent le maintien de bonnes relations dans leur coopération. Nous sommes convaincus que les Algériens doivent décider eux-mêmes de leur sort, sans ingérence de pays tiers et sur la base de leurs propres législation et Constitution», a précisé Dmitri Pescov, le porte-parole de la présidence de la Fédération de Russie lors d’une conférence de presse, en réponse à une question de savoir «si le président algérien avait lancé un appel à l’aide dans sa lettre».    


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!