Commémoration du 39e anniversaire du printemps berbère : Dans le calme à Bouira | El Watan
toggle menu
vendredi, 24 mai, 2019
  • thumbnail of 20190524

Commémoration du 39e anniversaire du printemps berbère : Dans le calme à Bouira

21 avril 2019 à 9 h 55 min

Contrairement aux années précédentes, la marche commémorative du 39e anniversaire du Printemps berbère et du 18e anniversaire du Printemps noir a drainé des milliers de citoyens à Bouira. En effet, ils étaient plus de 10 000 manifestants à faire le déplacement depuis les communes de la wilaya pour marcher ensemble dans les rues de la ville de Bouira.

10h. Les premiers groupes ont commencé à se rassembler sur la place publique. Deux figures du mouvement amazigh et de la démocratie ont pris la parole. Slimane Chabane, militant et ancien animateur du MCB, est revenu sur le mouvement de 1980. «Ce 20 avril 2019 est celui de l’union de tous les Algériens contre le pouvoir en place et ses exactions commises à l’égard du peuple», a-t-il dit, en ajoutant que la Kabylie a, certes, payé un lourd tribut avec les martyrs du Printemps noir, «mais le sacrifice, souligne le militant, de Massinissa et d’autres victimes n’a finalement pas été vain».

De son côté, Meziane Chabane a rappelé les événements qui ont secoué la Kabylie en 2001 : «La Kabylie a toujours été à l’avant-garde des luttes pour la démocratie. Je suis fier de constater, aujourd’hui, que toute l’Algérie est mobilisée pour le départ du système et surtout déterminée à se débarrasser des symboles du régime.»

La manifestation s’est déroulée dans le calme. La foule a sillonné les principales artères de la ville, en scandant les traditionnels slogans : «Pouvoir assassin !», «Ulac smah Ulac !».
Il faut préciser qu’un dispositif spécial a été mis en place à l’occasion de cette manifestation. Plusieurs unités et éléments de la police antiémeute ont été déployés, notamment au niveau de la rue Lalla Fatma n’Soumer, où une dizaine de «casques bleus» ont été mobilisés pour sécuriser la statue de l’Emir Abdelkader, appelée communément la «statue de la discorde».

Deux militants du Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie (MAK) ont été interpellés par les services de sécurité. Ils ont été libérés en début d’après-midi, a indiqué une source policière.

A noter, par ailleurs, que des conférences traitant de la cause amazighe ont été organisées, hier, à travers plusieurs localités de la wilaya. Des figures du mouvement berbère étaient présentes, à l’image du professeur et militant politique Mhand Amarouche, qui a animé une conférence portant sur «L’esprit de 1980 dans la révolution de 2019», à Raffour, dans la commune de M’chedallah.

Lire aussi

Loading...

Related Post

S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!