Colonel Farouk Achour. Directeur de l’information et des statistiques à la Protection civile  : «Mises à la portée des enfants, les bougies deviennent aussi dangereuses que les pétards» | El Watan
toggle menu
dimanche, 05 juillet, 2020
  • thumbnail of elwatan05072020




Colonel Farouk Achour. Directeur de l’information et des statistiques à la Protection civile  : «Mises à la portée des enfants, les bougies deviennent aussi dangereuses que les pétards»

19 novembre 2018 à 11 h 20 min

A la veille de la fête du Mawlid, la Protection civile est en alerte pour faire face au danger lié à l’utilisation des pétards. Est-ce toujours le cas pour cette année, sachant qu’il y a une raréfaction de ces produits sur le marché ?

En fait, s’il y a une baisse du nombre de ces produits, c’est grâce aux efforts des services de sécurité mais aussi à cette prise de conscience qu’on a pu susciter, ces derniers mois, grâce aux campagnes de sensibilisation sur les dangers de l’utilisation des produits pyrotechniques. Cette année, par exemple, nous avons beaucoup insisté sur les parents, qui sont, faut-il le reconnaître, les financiers de ces produits, mais aussi sur les écoles et les réseaux sociaux.

Durant la Foire du livre, notre campagne a été d’encourager les parents à acheter à leurs enfants un livre au lieu de pétards qui sont porteurs de danger. Tous les efforts ont été conjugués pour faire en sorte que l’utilisation des produits pyrotechniques soit bannie. Même avec ce recul, nous sommes déjà en alerte. Tous nos moyens sont mobilisés, notamment dans les grandes villes et les quartiers où il y a cette tendance à utiliser les produits pyrotechniques. Nous faisons en sorte que notre dispositif puisse se mettre en place pour permettre une intervention rapide dans un immeuble, ruelle, ou tout endroit difficile d’accès.

A quel genre d’accidents êtes vous confrontés ?

Nous avons de tout. Des accidents oculaires qui souvent conduisent à la perte d’un œil, les accidents corporels, particulièrement des mains, ou encore de grandes brûlures qui touchent particulièrement la tranche d’âge comprise entre 10 et 16 ans. Vous voyez donc que les premières victimes sont les enfants qui deviennent handicapés à vie. A chaque fois que le Mawlid approche, nous sommes mis en alerte.

Avez-vous ressenti un recul dans le recours aux produits pyrotechniques ?

Nos statistiques le montrent. Jusqu’en 2014, nous avions une moyenne de 75 interventions durant les mois qui précèdent la fête du Mawlid. Elles concernaient les atteintes aux personnes, donc les blessures, et aux biens, c’est-à-dire les incendies. La baisse a commencé en 2015, où nous avons fêté deux fois le Mawlid, en début et en fin d’année. Nous avons enregistré 54 atteintes aux personnes et 12 incendies. Le pic de ces interventions a été constaté la veille de la fête. En 2017, il y a eu 34 interventions, entre 18h et 20h, soit en deux heures seulement. Avant, le nombre des interventions pouvait atteindre les 200 la veille de la fête…

Le recours aux produits pyrotechniques est devenu une pratique qu’utilisent beaucoup d’Algériens durant les mariages et les fêtes familiales. Etes-vous intervenus pour des cas d’accident ?

Dans les fêtes, ce sont surtout les feux d’artifice et les fumigènes qu’on utilise et qui souvent causent de graves blessures aux personnes qui peuvent se trouver dans les balcons ou chez-elles, non loin de la fenêtre. Ce sont des accidents qui arrivent dans les grandes villes. Raison pour laquelle, nous insistons beaucoup pendant les campagnes de sensibilisation dans les mosquées, dans les écoles, etc., sur les blessures causées par l’utilisation de ces produits qui peuvent être très graves.

Beaucoup insistent sur le recours aux bougies, alors que celles-ci sont également une source de danger lorsqu’elles sont laissées à la portée des enfants. Qu’en pensez-vous ?

Vous avez entièrement raison. Lorsqu’elles sont à la portée des enfants, elles causent inévitablement des incendies graves, et souvent c’est le voisinage qui est touché. Il suffit que les voisins soient absents, et qu’un enfant de l’appartement du palier renverse en jouant la bougie ou tente de jouer avec, pour que l’incendie se déclare et se propage.

A chaque fois que l’occasion nous est donnée, nous interpellons les parents sur ces dangers qui sont évitables. Il suffit juste de mettre les bougies sur un support ininflammable et les éloigner le plus possible des enfants. Avec des gestes simples et faciles, on peut fêter le Mawlid sans drame. Je profite de cette occasion pour appeler encore une fois la population et particulièrement les parents à faire en sorte que cette fête soit un événement familial de joie et non de deuil ou de terreur. 



S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!