Coalition des partis et professionnels soudanais : L’ALC pose ses conditions | El Watan
toggle menu
mardi, 18 juin, 2019
  • thumbnail of elwatan20190618
  • Pub Alliance Assurance

Coalition des partis et professionnels soudanais : L’ALC pose ses conditions

16 avril 2019 à 9 h 05 min

La contestation au Soudan est arrivée à se doter d’une structure représentative composée d’un groupe d’enseignants, d’ingénieurs, de journalistes et de médecins qui ont dès le début de la révolte organisé le mouvement. Cette structure s’est constituée en une Alliance pour la liberté et le changement ALC.

La SPA (Association des professionnels soudanais) n’est pas née avec cette révolte. Sa création remonte aux manifestations de 2012 et 2013 en se constituant en une coalition. Cette dernière puise son ancrage dans l’héritage de la gauche soudanaise, et elle a tout naturellement été réactivée afin d’encadrer progressivement le mouvement de protestation.

Cet encadrement s’est traduit par des initiatives d’organisation au niveau des quartiers et en activant ses soutiens au niveau de la diaspora. L’association a constitué une alliance avec des partis de l’opposition de gauche que sont le National Consensus Forces, l’Unionist Gathering et Sudan Call, baptisée coalition des Forces de la Liberté et du Changement.

Les Soudanais avaient débuté leur mouvement de protestations en décembre 2018 pour contester la situation socio-économique. Le 22 février, comme en Algérie, la révolte a pris une tournure politique et les manifestants ont commencé à exiger le départ d’Omar El Bechir au pouvoir depuis 30 ans. L’ALC s’est naturellement constituée des professionnels soudanais de toutes catégories. Après le départ de Omar El Bachir, l’ALC maintient la pression afin d’obtenir un changement profond du régime.

Ses demandes aujourd’hui s’articulent autour de l’installation d’un gouvernement civil. L’ALC a présenté au nom du mouvement de contestation en début de semaines en cours sa plateforme de revendications au Conseil militaire de transition tout en maintenant la pression populaire.

Les Soudanais exigent selon cette plateforme le transfert immédiat du pouvoir par le Conseil militaire à un gouvernement de transition civil qui devra diriger le pays pendant une période de quatre ans, devant aboutir à l’organisation d’élections. L’ALC demande aussi la dissolution du Parti du Congrès national NCP de Béchir qui devra être jugé tout comme les plus hauts dirigeants de ce parti.

Autres revendications : la confiscation des propriétés du NCP ; le rétablissement de la Constitution de 2005 suspendue par le Conseil militaire après la destitution de Béchir ; la libération de tous les civils détenus en relation avec le mouvement de contestation ainsi que des officiers et policiers arrêtés pour avoir refusé de tirer sur les manifestants. L’Alc exige en outre la fin de l’état d’urgence imposé le 22 février par le président déchu.

Loading...
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!