Cinq morts au concert-événement de soolking au stade du 20 août à Alger : Un drame qui aurait pu être évité | El Watan
toggle menu
samedi, 21 septembre, 2019
  • thumbnail of elwatan21092019





Cinq morts au concert-événement de soolking au stade du 20 août à Alger : Un drame qui aurait pu être évité

24 août 2019 à 9 h 30 min

Ce triste et déplorable drame ayant endeuillé le concert du «phénomène Soolking» connu pour ses hits Paroles, Guérilla, Liberté – l’hymne ayant accompagné le soulèvement populaire du 22 février 2019 pour la liberté, la dignité et contre la corruption et l’Etat policier, sécuritaire et militaire – est survenu vers 20h au niveau de l’un des accès au stade du 20 Août 1955 déjà bondé depuis 17h30. Et à l’extérieur, des centaines et des centaines de personnes ne cessaient d’affluer massivement de la bouche de métro de la station Jardin d’Essai.

L’ouverture des portes s’est effectuée à 16h. C’est dire la diligence et l’engouement pour la star algérienne Soolking, qui brille sous d’autres cieux. Donc, c’est vers 20h que le drame est survenu, alors que la majorité des gens présents attendaient avec impatience la montée sur scène de Soolking et communier avec lui. Ils ne se doutaient pas que quelque chose de tragique se passait à l’entrée du stade. Nous étions au virage B, les tribunes faisant face à la scène, occupées essentiellement par des familles. Vers 20h, nous vîmes un goulot humain se déverser sur le terrain bitumé du stade du 20 Août 1955. Et ce, depuis deux entrées latérales internes.

Déjà un indice. Est-ce que c’est sensé ? Et il y eut un ballet incessant de civières des agents de la Protection civile. L’on s’affairait, on évacuait des jeunes inanimés vers les sorties contiguës au virage B. L’on croyait que c’étaient des personnes évanouies, exténuées ou déshydratées. Non, quelque chose de grave est arrivé. Une bousculade meurtrière ayant entraîné la mort de cinq personnes et un grand nombre de blessés, dont certains dans un état critique.

Jusqu’à la fin du concert de Soolking, vers 00h20, les gens ignoraient ce qui était vraiment arrivé. Ce n’est qu’à la sortie, difficile, car un passage au «goulot» d’une masse humaine au même moment, qu’ils découvriront par le bouche à oreille que cinq jeunes sont morts, piétinés, dans une folle bousculade. On attendait une réaction des décideurs, des autorités, des organisateurs, de la télévision nationale, de l’Agence presse service (APS)… Rien, silence radio. Il n’y avait pas urgence. Alors que tout le monde s’inquiétait et attendait une réaction du moins officielle.

Une enquête a été diligentée

Ce n’est qu’hier matin à 12h17 que la dépêche de l’APS est tombée : «Au moins cinq personnes sont mortes et 23 autres ont été blessées jeudi dans la soirée dans une bousculade survenue lors d’un concert (ayant drainé 30 000 personnes selon l’APS) donné à Alger par le rappeur algérien Soolking…»

Les corps des cinq personnes décédées, trois jeunes femmes et deux jeunes hommes de 20 à 25 ans ont été entreposés dans la nuit de jeudi à vendredi à la morgue du CHU Mustapha, «en attendant l’autopsie», a indiqué le directeur général de l’hôpital Mustapha, Abdeslam Bennana.

Les éléments de la Protection civile ont prodigué les premiers secours à 86 personnes et transféré 32 autres vers le centre hospitalo-universitaire Mustapha, dont certains étaient gravement blessés et d’autres ont succombé à leurs blessures à l’hôpital. Alors que l’AFP, vendredi dès 3h rapportait ceci : «Cinq jeunes, de 13 à 22 ans, ont péri jeudi soir à Alger dans une bousculade à l’entrée d’un concert du rappeur-star algérien Soolking, a déclaré à l’AFP le capitaine Nassim Bernaoui, de la cellule communication de la Protection civile.» Le bilan est apparemment provisoire. Et selon la chaîne de télévision privée El Bilad, un représentant du tribunal de Sidi M’hamed s’est rendu sur les lieux puis dans les hôpitaux d’Alger où ont été transférés les cinq personnes décédées et les blessés. Et une enquête a été diligentée pour déterminer les circonstances de ce drame.

Défaillance, dysfonctionnement à plusieurs étages de l’état

Ce concert-événement, dit «de l’année», était pourtant festif. Car il célébrait le retour de l’enfant «prodige», Soolking, dans son pays après une absence de cinq ans. Un concert sous le signe des retrouvailles avec un public qui l’a adopté alors qu’il explosait en France, au Maghreb, en Europe…

A 22h59, le concert de Soolking commence. Donc deux heures après le drame. Il est étrenné par l’hymne national. Instant patriotique. Tout le monde se lève et chante Qassaman. Soolking est dans la place. «Vous êtes incroyables ! Le meilleur peuple au monde. Vous êtes les meilleurs. Aujourd’hui, je suis ici, à la maison, je suis dans mon pays. Vous êtes en train d’écrire l’histoire de l’Algérie. C’est grâce à vous, ce succès. C’est vous qui m’avez amené ici. Je vous aime. I love you…» Ainsi, Soolking délectera son bon public avec Vida Loca, Gucci, Mi Amigo, Rockstar, Madame courage, Youv, Milano, Guerrilla, Dalida, Adios, Aribeat, Leila, Espérance… Mais tout le stade du 20 Août 1955 attendait l’«hymne du hirak». Et ce fut la chair de poule. La liberté rimant avec «Yetnahaw gaâ» (Dégagez-les tous).

La chanson n’appartenait plus à Soolking. En chœur, haut et fort, le public : «Il paraît que le pouvoir s’achète/ Liberté, c’est tout ce qui nous reste/ Si le scénario se répète/ On sera acteurs de la terre/ Si faux, vos discours sont si faux/ Oui, si faux, qu’on a fini par s’y faire/ Mais c’est fini/ Le verre est plein/ En-bas, ils crient/ Entends-tu leur voix/ La voix de ces familles, pleine de chagrin…»

Les guest-stars de Soolking était Algérino, Fianso, Alonzo, Chemsou Freeklane, Meziane Amiche, Mok Saïb, Durhata Dora en duo sur Zemer et bien d’autres. Avec, de front, des messages vidéos des joueurs algériens champions d’Afrique : Riyad Mahrez, Belaili, Sofiane Feghouli ou encore du rappeur Soprano. Soolking boucle son show avec : «J’ai un beau message pour vous : la liberté !»

Le concert de Soolking a été organisé par l’Office national des droits d’auteurs (ONDA). Bien qu’il était supposé être festif, il y a eu des citoyens algériens, des innocents, des jeunes, des admirateurs de la star Soolking, qui y ont perdu la vie ou ont été blessés et survivront avec des séquelles, peut-être des handicaps. Il y a eu défaillance, dysfonctionnement à plusieurs étages de l’édifice de l’Etat. A qui incombe la responsabilité ? On verra bien si l’Etat de droit existe face à l’impunité bananière. La mort de cinq citoyens n’est pas un fait divers. Le monde vous regarde.    

 

 

 

Le Parquet ordonne l’ouverture d’«enquêtes approfondies»

n Le procureur de la République près le tribunal de Sidi M’hamed (Alger)  a ordonné, hier, l’ouverture d’«enquêtes approfondies» pour déterminer les circonstances de l’incident ayant entraîné la mort de cinq personnes, lors du concert animé par le rappeur algérien Soolking dans la soirée de jeudi au stade du 20 Août 1955, à Alger.

«Suite à l’incident tragique survenu lors d’un concert animé, jeudi 22 août 2019, au stade du 20 Août 1955 à Belouizdad, entraînant la mort de cinq personnes, dont une adolescente de 13 ans, nous nous sommes rendus immédiatement sur les lieux avec des éléments de la police judiciaire spécialisés», lit-on dans le communiqué du procureur de la République.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!