Le procès de Ali Ghediri s’est terminé hier tard dans la soirée : «Certains cercles ne me voulaient pas à la Présidence» | El Watan
toggle menu
mardi, 26 octobre, 2021
  • thumbnail of elwatan10072021



Le procès de Ali Ghediri s’est terminé hier tard dans la soirée : «Certains cercles ne me voulaient pas à la Présidence»

23 septembre 2021 à 11 h 30 min

En détention depuis 27 mois, Ali Ghediri a plaidé, à la fin de son audition par le président du tribunal, «son innocence», après avoir répondu, avec beaucoup d’arguments, aux questions en lien avec l’accusation dont il fait l’objet : «participation en temps de paix à la démoralisation de l’armée».

Des révélations dignes d’un film de science-fiction, des détails ahurissants et des plaidoiries magistrales… Le procès du général à la retraite et ex-candidat à la candidature à la présidentielle avortée du 18 avril 2019, Ali Ghediri, ouvert hier au niveau de la chambre criminelle près le cour d’Alger, a tenu, comme prévu, toutes ses promesses.

En détention depuis 27 mois, Ali Ghediri a plaidé, à la fin de son audition par le président du tribunal, «son innocence», après avoir répondu, avec beaucoup d’arguments, aux questions en lien avec l’accusation dont il fait l’objet : «participation en temps de paix à la démoralisation de l’armée».

En pleine forme et donnant l’impression d’être convaincu de sa non-culpabilité, l’ancien directeur des ressources humaines au ministère de la Défense nationale (MDN) a démonté, avant même l’intervention de ses avocats (une vingtaine), l’accusation.

«La fiabilité d’un Etat se mesure à sa justice. Je suis innocent ! Je suis innocent !» clame-t-il, après avoir répondu aux questions des magistrats.

Ces derniers l’ont d’abord interrogé sur sa relation avec Hocine Gouasmia, de son vrai nom Hocine Guasmi, qui s’avère finalement être un usurpateur d’identité, ayant réussi à créer un parti politique, en l’occurrence Minbar Djazaïr El Ghed (Tribune de l’Algérie de demain).

«Quelle est votre relation avec l’accusé Hocine Guasmi ?» interroge le juge de la chambre criminelle qui a siégé, rappelons-le, au niveau du tribunal de Dar El Beïda.

Lire la suite de l’article dans l’édition papier


Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!