Boycott massif de sa conférence organisée hier à Club des Pins : Bensalah rate son premier test | El Watan
toggle menu
vendredi, 27 mai, 2022
  • thumbnail of elwatan10072021

Boycott massif de sa conférence organisée hier à Club des Pins : Bensalah rate son premier test

23 avril 2019 à 10 h 00 min

Salle vide et boycott massif. La conférence initiée par le chef de l’Etat, Abdelkader Bensalah, en vue d’engager des discussions sur l’installation d’une commission de gestion des élections a été, comme prévu, un fiasco.

Un échec cinglant pour les tenants du pouvoir qui tiennent encore au fil très mince de l’organisation d’une élection présidentielle «dans le cadre de la Constitution». En effet, le rendez-vous organisé hier à Club des Pins, à l’ouest d’Alger, a drainé plus de journalistes que de participants.

Le nombre de ces derniers n’a pas dépassé une trentaine, dont beaucoup de représentants du FLN et du RND. Même les chefs de ces deux partis au pouvoir ont boudé ce rendez-vous : ni Ahmed Ouyahia, secrétaire général du RND, ni Mouad Bouchareb, coordinateur contesté de l’instance présidentielle du FLN, n’ont fait le déplacement à Club des Pins pour prendre part à cette rencontre.

Un test raté qui mettra davantage de pression sur Abdelkader Bensalah qui se trouve, depuis son installation à la tête de l’Etat, en mauvaise posture. C’était en tout cas prévisible. Dès son annonce, jeudi dernier, cette conférence a été rejetée par l’ensemble des partis de l’opposition.

Des partis de l’ancienne alliance présidentielle, à l’image du MPA et de TAJ, ainsi que des organisations satellites du pouvoir ont aussi boudé la rencontre. Résultat : une salle de conférence affreusement vide.

Sur une centaine de partis et de personnalités conviés, seuls quelques-uns ont répondu à l’appel. Il s’agit de chefs de partis microscopiques, amateurs de projecteurs, qui ont été finalement pris en hors-jeu flagrant.

Effectivement, Belkacem Sahli, secrétaire général de l’ANR, Filali Ghouini, secrétaire général d’El Islah ainsi que le représentant du Front El Moustakbel se sont montrés timides devant cette situation.

Ils rasaient presque les murs du Palais des nations. Seul le représentant du parti de Abdelaziz Belaïd a prétexté une contestation sur le huis clos imposé pour le déroulement des travaux de la conférence pour déguerpir. «Nous refusons de travailler dans l’opacité», lance-t-il, en quittant la salle de conférences.

Absence énigmatique de Bensalah

Du côté des personnalités, seul l’avocat Miloud Brahimi a assisté à la rencontre pour, comme il l’a affirmé, expliquer sa proposition de reporter l’échéance du 4 juillet.

En dépit de ces défections, les travaux de la conférence ont été maintenus, sous la présidence de Lyes Boukraa. Parmi les absents, il y avait aussi l’initiateur de la rencontre, en l’occurrence Abdelkader Bensalah, qui s’est fait représenter par le secrétaire général de la Présidence et membre du comité central du FLN, Habba El Okbi.

Ce dernier défend la démarche du pouvoir de maintenir la présidentielle du 4 juillet, malgré le rejet populaire. «Les consultations lancées par le chef de l’Etat avec les partis politiques et les personnalités nationales se poursuivront jusqu’à l’élection présidentielle qui se tiendra dans les délais constitutionnels, le 4 juillet», dit-il, précisant «qu’il s’agit de l’avenir du pays et de l’organisation d’élections libres et transparentes». «Ces consultations visent à asseoir la démocratie, à organiser des élections libres et transparentes et à instaurer un nouveau régime politique», ajoute-t-il.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!