Béjaïa : «Ni État islamique ni État militaire» | El Watan
toggle menu
jeudi, 28 mai, 2020
  • thumbnail of elwatan28052020




Béjaïa : «Ni État islamique ni État militaire»

19 février 2020 à 10 h 21 min

La société civile, les travailleurs, syndicalistes et quelques dizaines d’étudiants ont marché hier à Béjaïa pour revendiquer le changement radical du système.

Un an après les mémorables manifestations du 16 et du 22 février 2019, quand le peuple s’est soulevé pour dire : «Stop à la dictature et au gaspillage» qui ont caractérisé les 20 ans de règne du président déchu, Abdelaziz Bouteflika, et de ses partis d’allégeance, les manifestants ont exprimé, encore une fois, leur détermination à ne rien lâcher jusqu’au départ de tous les symboles du système. «Les pratiques de l’ancien régime sont toujours en vigueur, avec la répression d’un rassemblement des enseignants du palier primaire à Alger, les interdictions de réunions publiques et des conférences-débats organisées par les militants du hirak ainsi que le fait que des prisonniers d’opinion et politiques croupissent toujours en prison», s’exprimait Boualem Ziani, syndicaliste.

Et d’ajouter : «Cela prouve que le système n’a pas changé et c’est pour cette raison que le mouvement doit continuer.» «Cette terre n’est ni à vendre, ni à hypothéquer», scandent les manifestants, faisant allusion à la nouvelle politique énergétique du gouvernement. Pour la première fois, un slogan anti-islamistes est scandé dans la rue de Béjaïa depuis le début du hirak.



S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!