Béjaïa : Grève générale à partir d’aujourd’hui | El Watan
toggle menu
dimanche, 05 avril, 2020
  • thumbnail of elwatan05042020



Béjaïa : Grève générale à partir d’aujourd’hui

08 décembre 2019 à 10 h 10 min

La wilaya de Béjaïa entre, à partir d’aujourd’hui, dans une grève générale qui risque de la paralyser quatre jours durant.

De nombreuses organisations syndicales et partis politiques font cause commune derrière ce mot d’ordre lancé par le Pacte de l’alternative démocratique (PAD) local. FFS, RCD, PST, PT, UGCAA, Snapap, Satef, SNAPostiers, RAJ, LADDH, et bien d’autres sigles, à savoir AVO88, GAA, CST et CDSL, ont cosigné la déclaration-appel sous l’égide du PAD. L’UGTA s’est impliquée dans le mot d’ordre en appelant, de son côté, ses adhérents à faire grève pendant les quatre jours d’avant le jour du vote. Le Cnapeste aussi a rejoint l’action, allongeant la liste des organisations grévistes.

C’est la première fois qu’autant de sigles, et pas des moindres, se mettent d’accord pour mener une action commune de ce genre. Bien que des revendications d’ordre socioéconomique soient soulevées, le rejet de l’élection présidentielle reste le mot d’ordre le plus mis en avant dans cette action commune. Ces organisations ne font qu’adopter une revendication longtemps scandée dans les marches populaires.

En même temps qu’elle emballe beaucoup de monde, cette grève générale ne manque pas d’installer un climat d’angoisse et d’incertitudes que la population locale a eu d’ailleurs à vivre dans des actions similaires mal gérées, souvent lancées anonymement.

Des commerçants ont d’ailleurs saisi l’occasion pour spéculer sur les prix des fruits et légumes, qui se sont enflammés en certains endroits, comme à Seddouk où la population a tout simplement chassé les opportunistes. La réaction des citoyens a été un sévère avertissement qui a permis un retour rapide à la normale. Pour que la grève générale ne soit pas une opération punitive contre la population, les animateurs du PAD ont rendu publiques, avant-hier, les modalités pratiques du suivi de la grève de façon à la réguler et assurer un service minimum.

Le secteur de la santé privé et public ainsi que les pharmacies en sont épargnés. Le personnel médical est appelé à travailler comme de coutume. Les boulangeries sont appelées à fonctionner seulement les matinées, pendant lesquelles il n’est pas exclu qu’elles subissent une pression. Les commerces d’alimentation générale et de fruits et légumes n’ouvriront qu’à partir de 17h, ce qui permettra aux citoyens de s’approvisionner normalement. Il est laissé aux APC et syndicats la latitude de s’organiser concernant le transport urbain et interurbain qui devra, quant à lui, s’adapter aux besoins des marches programmées pour la semaine.

La grève risque cependant d’éclipser les journaux dont la grève empêchera la distribution pendant les quatre jours. Tout porte à croire que les employés de tous les secteurs d’activité, dont les fonctionnaires des administrations, émargeront sur la liste des grévistes.

A cinq jours du 12 décembre, tout le monde ou presque ne parle que de cette grève générale, qui agrée certains autant qu’elle en angoisse d’autres. Elle intervient au moment où le climat général devient lourd dans la wilaya.

A l’exception des scènes de saccage d’urnes sorties, mercredi et jeudi derniers, de plusieurs sièges de daïra, les manifestations de rue arrivent à garder leur pacifisme, comme cela a été le cas aussi hier lors des marches qui ont eu lieu dans les localités d’Aokas, Kherrata et Amalou.

S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!