Béjaïa : Etudiants et travailleurs font cause commune | El Watan
toggle menu
dimanche, 05 avril, 2020
  • thumbnail of elwatan05042020



Béjaïa : Etudiants et travailleurs font cause commune

20 novembre 2019 à 10 h 05 min

Belle convergence étudiants-travailleurs-société civile, hier, dans les rues de Béjaïa, à l’occasion de la marche hebdomadaire qui a drainé quelques milliers de manifestants.

Les étudiants ont quelque peu montré un second souffle qui les a fait sortir plus nombreux que le mardi précédent. Le contexte qui prévaut à l’université ces derniers jours y est pour quelque chose. Dimanche dernier, les étudiants se sont organisés par départements en organisant des assemblées générales séparément, dans la perspective de mettre en place des comités.

L’université, dans ses deux campus, est, de fait, en grève depuis mercredi. Le mouvement a continué cette semaine, parallèlement à la création des comités estudiantins qui est aussi en cours. Ce contexte particulier a aidé à la remobilisation qui, cependant, ne reproduit pas encore les schémas des premières démonstrations de force.

La communauté universitaire est sortie encore dans la rue où elle a fait jonction une nouvelle fois avec la force ouvrière. Des syndicats autonomes, dont ceux émargeant avec des partis politiques, dans le PAD Béjaïa (Pacte de l’alternative démocratique), ont rejoint la marche. Certains l’ont fait en mobilisant leurs troupes, comme le Snapap qui s’est fait visible par ses nombreuses banderoles.

La grève qui ponctue cette manifestation hebdomadaire depuis quelques semaines a été reconduite. Voulue générale, elle n’a été que partielle, observée notamment dans les collectivités locales, l’université et les œuvres universitaires, et partiellement dans certaines autres administrations comme les impôts et les travaux publics.

Dans le secteur économique, chasse gardée de l’UGTA, le mouvement reste particulièrement timide malgré la présence dans la marche d’hier des travailleurs de certaines entreprises comme l’ETR. L’UGTA n’est pas partie prenante de cette action de rue, dans laquelle les syndicats autonomes ont engagé leurs sigles.

Etudiants et travailleurs se sont retrouvés hier sur le même itinéraire qui les a menés, le pied ferme, vers la Cour de justice où ils se sont rassemblés en masse pour scander longtemps les slogans tranchés et tranchants du mouvement populaire.

«Iskat lvot, wadjeb watani !» (faire échec aux élections est un devoir national) ont-ils crié en langue arabe. Devant le portail de la Cour, gardé toujours par plusieurs policiers à pareille occasion, une banderole noire a été déployée : «Libérez les innocents, arrêtez les assassins.». 

S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!