Bataille d’audience entre télés et YouTube | El Watan
toggle menu
dimanche, 09 mai, 2021
  • thumbnail of elwatan06052021



FEUILLETONS, SITCOMS ET ÉMISSIONS CULINAIRES PENDANT LE RAMADHAN

Bataille d’audience entre télés et YouTube

22 avril 2021 à 11 h 07 min

Achour El Acher 3, Yemma 2, Ahwal Ennas 2, Bent Bled 1, Liyam, Dakious et Makious et Machair 2 (sentiments), autant de feuilletons et de séries qui se livrent à une course à l’audience pendant ce Ramadhan et tentent par tous les moyens d’attirer le téléspectateur.

Mais la télévision n’est plus l’écran central du foyer, ou du moins n’est plus le seul. Il a été constaté une diminution du temps que les téléspectateurs passent à regarder la télévision, en particulier les jeunes.

Suspense et émotion, les scénaristes multiplient les ressorts dramatiques. Il y a plus d’audace dans les sujets traités. Les actions reposent sur une approche comique et sociologique, mais abordant aussi la politique. Questionner l’actualité par le prisme de l’humour, c’est la recette du réalisateur Djaafar Gacem, qui s’est imposé comme un véritable maître de la fiction télévisée algérienne.

Après Nass M’lah City et Djemai Family, il revient avec Achour El Acher 3 qui tourne en dérision les problèmes du quotidien. Cependant, les feuilletons de Ramadhan, généralement diffusés sur les chaînes publiques, sont largement sujets à la censure et à l’influence du politique.

Ce feuilleton à grand succès diffusé sur la télévision publique a fait l’objet de censure de certaines scènes, selon les déclarations de l’acteur Merouane Guerouabi.

Sur YouTube, chaque épisode enregistre plusieurs centaines de milliers de vues. Les connexions des internautes s’effectuent généralement entre 21h et 3h. Les téléspectateurs qui font face à une abondance de feuilletons, optent pour YouTube pour se rattraper.

La télévision a perdu le monopole du divertissement à l’heure où presque tous les adolescents et jeunes adultes ont un téléphone portable. Les réseaux sociaux et les discussions en ligne sont souvent des distractions préférées au visionnage en famille de séries télévisées.

Il faut noter en outre que l’utilisation de l’internet pendant le mois de Ramadhan, en Algérie, enregistre une augmentation sensible comparativement aux autres mois de l’année, selon les données d’Algérie Télécom. Les pratiques télévisuelles des téléspectateurs ont donc changé et les responsables des médias se sont adaptés et alimentent leur chaîne YouTube avec du contenu télévisuel. Une fois que l’épisode d’un feuilleton est diffusé en temps réel, il est systématiquement mis en ligne sur la chaîne YouTube.

Les annonceurs placent leurs produits

«Chaque année, pendant le mois du Ramadhan, les Algériens découvrent sur leurs téléviseurs la médiocrité de la production audiovisuelle nationale. Absence de scénario, montage hasardeux, violence, sexisme, racisme… sont autant de tares qui caractérisent les films, les séries, les reportages et les émissions de divertissement diffusés, y compris la fameuse ‘‘caméra cachée’’, qui est devenue le symbole d’une décadence constatée depuis maintenant plusieurs années», a écrit il y a une année Ammar Kessab, expert international en politique et management culturel.

Dans ces circonstances, ajoute-t-il, il «n’est pas étonnant de constater que les Algériens se ruent de plus en plus sur les plateformes numériques en ligne, telles que YouTube, pour visionner des films et des séries qui datent des années 1980 et 1990, voire des années 1970».

La société YouTube a déjà lancé une nouvelle chaîne destinée au public arabe, appelée «YouTube Series», qui permet aux utilisateurs de regarder plus de 500 séries sur cette plateforme, ce qui équivaut à plus de 7000 heures de séries arabes, dont certaines qui remontent à 1962. Longtemps les feuilletons égyptiens jouissaient d’un quasi-monopole sur le marché de la fiction arabe. Mais les productions syriennes et turques arrivent en force.

Depuis 2018, la Turquie a même dépassé les Etats-Unis et est aujourd’hui le premier exportateur mondial de séries télévisées.
Les annonceurs tentent de se faire une place au cœur de la bataille des audiences. «La publicité reprend un peu, surtout sur les chaînes TV pendant le Ramadhan entrecoupant les feuilletons. Mais elle était assez calme, les annonceurs ayant reporté leurs investissements.

Aussi, la bataille se fait sur YouTube. La vidéo augmente durant ce mois», commente Riad Aït Aoudia de l’agence MediAlgeriA. En gros, à part les secteurs de l’automobile et des téléphones (smartphones), les autres secteurs sont présents : l’alimentaire bien sûr, les produits d’entretien et les biens d’équipement. Plus l’apparition du produit est subtile, plus elle s’immisce dans l’inconscient. En effet, plusieurs études ont démontré que c’est la mémorisation implicite du spectateur qui déclenchera chez lui un comportement favorable à la marque.

En effet, un consommateur est plus enclin à acheter une marque qui lui est familière. Le placement de produit pour une marque est un complément à la publicité ordinaire. Il n’a d’autre objectif, bien entendu, en ultime ressort, que commercial : vendre davantage, gagner plus et doter l’entreprise d’une bonne image.


Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!