Atmane Mazouz. député et chargé de communication au RCD : «Ce énième refus d’autorisation constitue un acte gravissime» | El Watan
toggle menu
dimanche, 05 juillet, 2020
  • thumbnail of elwatan05072020




Atmane Mazouz. député et chargé de communication au RCD : «Ce énième refus d’autorisation constitue un acte gravissime»

09 septembre 2019 à 10 h 20 min

La wilaya d’Alger a de nouveau signifié aux Forces de l’Alternative démocratique, parmi lesquelles figure le RCD, son refus d’autoriser la réunion prévue aujourd’hui à la Safex d’Alger. Quelle est votre réaction à cette interdiction ?

Ce énième refus d’autorisation de réunion à des partis et organisations légales constitue un acte gravissime dans une période où des acteurs politiques doivent débattre et discuter de l’avenir du pays.

Pour nous, ces violations de la loi signent le desiderata du pouvoir de fait, incarné par Gaïd Salah, de dicter son agenda caché à travers une présidentielle surréaliste. Les Algériens, qui sortent depuis plus de six mois, revendiquent un changement radical du système. Ce dernier vendredi, ils étaient encore plus nombreux. Cette opposition à l’agenda de Gaïd Salah est la preuve irréfutable que les citoyennes et les citoyens revendiquent une période de transition, pour en finir avec le système et ses symboles, et ouvrir le chantier de l’ère démocratique.

Le pouvoir a tout le temps peur des acteurs politiques autonomes et organisés, auxquels les Algériens font de plus en plus confiance, en condamnant les tenants d’un pouvoir qui a ruiné la nation.

Le régime, qui a multiplié ces dernières semaines les arrestations de militants du hirak et des interdictions de réunion de partis de l’opposition et de la société civile, ne cesse d’appeler en même temps au dialogue. A quoi obéit cette logique ?

Plus personne ne croit aux appels au dialogue émanant d’un système qui ne reconnaît pas les libertés démocratiques et dont l’agenda consiste en l’organisation d’une autre supercherie électorale, condamnée et refusée par tous les Algériens.

Le chef d’état-major a signifié à plusieurs reprises son refus de tout projet de transition démocratique, réclamé par le hirak et une partie des formations de l’opposition, dont celles des Forces de l’Alternative démocratique. Qu’allez-vous faire maintenant après ces rejets répétés par Gaïd Salah ?

D’abord, nous tenons à condamner les discours de Gaïd Salah à partir des casernes. Ce dernier n’a aucun droit de s’adresser au peuple algérien depuis les casernes. Pour le reste, d’autres avant lui ont menacé le peuple algérien s’il sortait dans la rue, ils sont sortis pour rejoindre la poubelle de l’histoire. L’heure n’est pas aux menaces mais à la raison.

S’agissant des projections des partis de l’Alternative démocratique, nous continuerons à sortir en masse dans la rue avec le peuple algérien, car c’est la seule voie de salut pour le pays.

L’imposante mobilisation de vendredi dernier constitue une preuve que les Algériens ne céderont rien de leurs revendications et qu’ils continueront le combat jusqu’au bout.



S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!