«Assainir l’ANEP et lancer un plan de développement» | El Watan
toggle menu
jeudi, 24 septembre, 2020
  • thumbnail of elwatan07092020





«Assainir l’ANEP et lancer un plan de développement»

06 août 2020 à 10 h 12 min

Décidé à nettoyer l’ANEP, Larbi Ouanoughi dit croire «aux solutions radicales». «Je le dis franchement : je ne subis aucune pression de puis que je suis là. Je n’accepterai aucune pression, même si mon père revient de l’au-delà», assure notre interlocuteur qui affirme avoir l’appui du premier magistrat du pays.

Selon lui, il existe aujourd’hui 157 titres qui bénéficient de la publicité de l’ANEP. «On a établi des critères et on est en train de les discuter avec les responsables du secteur», annonce M. Ouanoughi en indiquant qu’une réunion était prévue mais en raison de l’agenda du gouvernement elle a été reportée.

«Avec ces critères, dit-il, on va assainir la scène médiatique. Celui qui n’a pas de relation avec la presse ne pourra pas bénéficier de la publicité publique», soutient avant d’ajouter : «Je n’ai pas le pouvoir de fermer les journaux, je ne suis pas ministre».

Selon lui, désormais, le poste de directeur de publication ne peut être occupé par quelqu’un qui n’est pas journaliste. Pour avoir l’agrément pour un quotidien, il faut justifier de 10 ans d’ancienneté. 5 ans pour la presse spécialisée et périodique.

«On a défini 15 critères pour assainir la scène médiatique des maquignons», affirme Labi Ouanoughi qui déclare avoir trouvé que près de 50% des conventions de publicité ne remplissent pas les conditions d’un dossier publicitaire. Selon lui, il y a d’abord des disparités dans la tarification. «Un titre créé le jour même fixe des tarifs allant jusqu’à 90 000 DA la demi-page, explique le PDG de l’ANEP qui estime qu’il est anormal de publier des annonces dans un journal qui tire à 1000 exemplaires.

«L’ANEP n’est pas une association caritative», souligne encore notre interlocuteur qui a décidé de revoir toutes les conventions avec les journaux.

«On a conclu un accord de coordination avec les services des impôts et l’inspection du travail pour mettre fin au non-payement de l’impôt, au travail au noir dans la presse», annonce Larbi Ouanoughi qui compte mettre en place une commission de régulation qui intégrerait deux représentants de la presse.

«Tout sera fait dans la transparence», promet le Pdg de l’ANEP qui déplore l’existence de sites électroniques gérés par des familles et dont le travail consiste à pomper les informations publiées par d’autres journaux. «Je vais mettre fin à ces pratiques, à l’anarchie quel que soit le prix que cela va me coûter», s’engage M. Ouanoughi en précisant que «même dans le secteur public il y a des journalistes qui ne sont pas assurés».

C’est un crime, dit-il, en affirmant que lui ne fait pas de discrimination entre le privé et le public. Promettant qu’en 2021 l’ANEP redémarrera du bon pied, notre interlocuteur affirme que l’équipe qu’il dirige est en train de faire un état des lieux exhaustif.

M. Ouanoughi indique qu’il a intégré dans le conseil d’administration deux sommités en matière de gestion, en l’occurrence MM. Benabbes et Souames. «On a installé une commission d’audit chapeautée par un expert financier et deux membres du conseil d’administration, des enfants de l’ANEP qui étaient compétents mais marginalisés», souligne notre interlocuteur qui a déjà reçu deux rapports des filiales, en attendant celui concernant la régie de publicité.

Il n’y a jamais eu de direction de recouvrement ou un service spécialisé, déplore le Pdg de l’ANEP qui dénonce le fait qu’il n’y a pas eu pratiquement de recouvrement depuis deux ans. Le 31 décembre prochain, l’Agence doit être assainie, promet M. Ouanoughi qui a mis au point un plan de développement moderne.

Selon lui, l’ANEP sera restructurée, avec la mise en place de la direction centrale juridique qui dépend du pdg et qui sera chargée des conventions, des contrats et du recrutement, d’une direction centrale chargée de l’audit, d’une inspection générale et d’un département qui s’occupera des archives et de la documentation.

Le plan de développement concernera aussi, selon lui, la création de l’Unité 8 mai 1945, basée à Sétif et qui produira le drapeau national.

L’ANEP qui diversifiera, affirme-t-il, ses ressources, se lancera également dans l’emballage, ainsi que dans la production cinématographique à travers la mise en place de trois studios spécialisés dans la production des clips artistiques, des spots publicitaires et des films documentaires.

Larbi Ouanoughi indique aussi que l’ANEP créera une chaîne de télévision publicitaire qui fera la promotion de la destination Algérie.



S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!