Après les sanctions décidées par la tutelle : De nouvelles actions prévues par les pompiers | El Watan
toggle menu
vendredi, 28 janvier, 2022
  • thumbnail of elwatan10072021



Après les sanctions décidées par la tutelle : De nouvelles actions prévues par les pompiers

05 mai 2021 à 10 h 42 min

S’agit-il d’un nouvel épisode de la remise en cause du droit à la grève et à la manifestation pacifique ? La réaction du ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales suite à la marche, organisée dimanche dernier à Alger, par des centaines de sapeurs-pompiers, ne peut être interprétée autrement.

Au lieu de chercher, en tant que tutelle, à calmer les esprits et à ouvrir un dialogue avec les représentants des contestataires, le département de Kamel Beldjoud privilégie, visiblement, les sanctions.

Dans un communiqué rendu public lundi dernier, le ministre de l’Intérieur annonce la suspension de 230 pompiers ayant pris part à la dernière marche. «Ces 230 agents (de la Protection civile) sont suspendus dans un premier temps, puis, dans un deuxième temps, ils seront poursuivis en justice pour avoir enfreint la loi», indique la même source, en invoquant le statut général de la Fonction publique, qui interdit aux agents de la Protection civile, comme aux policiers, de faire grève et de manifester.

Le ministère qualifie même l’action des sapeurs-pompiers de «trahison des devoirs et responsabilités dans le but de déstabiliser et de discréditer ce corps de métier». Le communiqué enjoint les agents de la Protection civile «à ne pas suivre les appels qui visent à déstabiliser cette institution».

Qu’est-ce qui justifie cette réaction démesurée ? Rien, sinon une incapacité à traiter les revendications socioprofessionnelles d’un corps qui travaille dans le silence, mais qui rend d’énormes services à la nation. Les agents de la Protection civile, rappelons-le, exigent la «revalorisation de leur salaire de base de 15 660 à 24 000 DA», «la révision du point indiciaire de 45 à 90 DA», avec «l’annulation de l’impôt sur le revenu» et «l’augmentation de le prime de rendement à 40%».

En outre, ils réclament aussi «un statut particulier», «la révision de leurs catégories de classement (échelons)» ainsi que des indemnités financières pour les 80 heures travaillées par semaine.

Les accusations du ministère de l’Intérieur n’ont pas été du goût des agents de la Protection civile. Les sapeurs-pompiers de la wilaya de Béjaïa ont été les premiers à réagir pour dénoncer le contenu du communiqué du ministère et appeler à des rassemblements aujourd’hui, au niveau de toutes les casernes de la Protection civile à travers le pays.

Dans un communiqué rendu public lundi dernier, ces derniers annoncent la préparation d’une marche nationale, pour dimanche prochain à Alger. «La tutelle applique ce que l’on appelle la politique de la fuite en avant face à nos revendications. Au lieu de les traiter, elle brandit la force et la diffusion de communiqués visant à diaboliser le mouvement», lit-on dans ce document.


Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!