Après le procès-scandale de Karim Tabbou : Mandat de dépôt contre Khaled Drareni | El Watan
toggle menu
lundi, 13 juillet, 2020
  • thumbnail of elwatan13072020




Après le procès-scandale de Karim Tabbou : Mandat de dépôt contre Khaled Drareni

26 mars 2020 à 10 h 02 min

Alors que les avocats étaient toujours sous le «choc» des circonstances «scandaleuses» dans lesquelles Karim Tabbou, militant politique, a été jugé et condamné, mardi dernier, à la cour d’Alger, hier, la chambre d’accusation près la même juridiction les a laissés perplexes devant les décisions prises en ce qui concerne deux autres militants, Samir Benlarbi et Slimane Hamitouche (en détention depuis 18 jours), ainsi que le journaliste Khaled Drareni (sous contrôle judiciaire), les trois poursuivis pour deux chefs d’inculpation : «incitation à un attroupement non armé» et «atteinte à l’intégrité nationale».

Les avocats avaient fait appel contre le mandat de dépôt ordonné contre les deux militants et contre le contrôle judiciaire infligé au journaliste.

Contre toute attente, la chambre d’accusation a confirmé la détention de Samir Benlarbi et de Slimane Hamitouche et annulé le contrôle judiciaire contre Khaled Drareni, en ordonnant sa mise sous mandat de dépôt, tel que plaidé par le représentant du ministère public.

Maître Badi explique : «Nous ne nous attendions pas à de telles décisions. Nous avions plaidé la liberté pour les deux premiers et la levée du contrôle judiciaire pour le journaliste. Nous avons argumenté nos demandes et, à la fin, nous pensions réellement qu’au pire, la chambre d’accusation allait confirmer les décisions du juge. En fin de journée, nous étions abasourdis.»

L’avocat ajoute : «La justice est en train de commettre de graves dérives. La loi interdit toute sanction privative contre un journaliste.

C’est une atteinte grave aux libertés. Ce n’est pas la première fois qu’on ordonne la détention d’un journaliste. A Oran, Saïd Boudour a été placé sous contrôle judiciaire par le juge ; la chambre d’accusation a annulé la décision et ordonné sa mise sous mandat de dépôt.

Cela est contraire aux déclarations aussi bien du ministre de la Justice, que du président de la République.» Avec colère, l’avocat rappelle les conditions dans lesquelles Karim Tabbou a été jugé et condamné, en son absence et en l’absence de son collectif de défense.

«Une grave dérive», dit-il, avant de préciser : «Nous sommes en train de vivre des glissements dangereux qui démontrent que la justice est prise en otage. Des parties profitent de la crise sanitaire liée au coronavirus, parce que les citoyens ont peur de sortir dans la rue, pour prendre des mesures liberticides gravissimes qui sont en contradiction totale avec les discours officiels d’apaisement.»

Avocat de Slimane Hamitouche, Amine Sidhoum s’est déclaré choqué par la décision de maintenir en prison son mandant, «dont la famille vit une situation sociale catastrophique.

Il est le seul qui travaille et nourrit sa famille». En tout état de cause, la mise en détention de Khaled Drareni et celle des deux militants Samir Benlarbi et Slimane Hamitouche sont qualifiées par les avocats de «dérives» qui s’ajoutent à celle liée au procès de Karim Tabbou.                     



S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!