Appel à la grève générale : Un test pour le hirak à Constantine | El Watan
toggle menu
dimanche, 05 avril, 2020
  • thumbnail of elwatan05042020



Appel à la grève générale : Un test pour le hirak à Constantine

08 décembre 2019 à 10 h 07 min

L’appel à une grève générale, à partir d’aujourd’hui, a été brandi à travers certaines pancartes pendant la marche du dernier vendredi avant l’élection du 12 décembre.

Lors du forum hebdomadaire qui a suivi, la question a été abordée, engendrant des appréhensions quant à son observation. La raison, soulevée par plusieurs intervenants, est qu’aucune campagne de sensibilisation n’a été entreprise concrètement. «Dans certaines régions du pays, en Kabylie d’où je reviens, il existe un travail de sensibilisation, des flyers sont distribués à cet effet aux commerçants, dans les entreprises et un peu partout pour une mobilisation massive», témoigne un hirakiste qui a fait le parallèle avec Constantine où ce genre d’initiative fait défaut. L’escalade dans la capitale de l’Est se traduit, depuis un peu plus de deux semaines, par des rassemblements quotidiens à partir de 16h, pour être prolongés par des marches nocturnes sur le même itinéraire des marches hebdomadaires. Cet engagement sur le terrain est-il capable à lui seul de changer la donne ?

De l’avis général, cela reste insuffisant, d’autant que les actions nocturnes ne drainent pas grand monde. «Nous sommes à peine 70 personnes à marcher le soir… pourquoi les milliers de manifestants du vendredi ne viennent pas nous accompagner», s’est interrogée une étudiante, figure emblématique du hirak universitaire. Et d’interpeller l’assistance : «Il ne nous reste que cinq jours avant le scrutin présidentiel ; c’est court, il faut une mobilisation quotidienne, notamment lors de la marche du mardi où nous constatons une certaine défection des citoyens.»

Parmi les présents, il y a ceux qui répondent par : «Nous sortirons aussi vendredi prochain, au lendemain du vote.» Ce à quoi, un autre hirakiste réplique : «C’était notre dernier vendredi avant les élections. L’enjeu actuellement est d’empêcher leur tenue et il ne nous reste que très peu de temps pour agir.» Et comment ? Par l’observation de la grève générale les 8, 9, 10 et 11 décembre dont l’appel a été lancé à travers les réseaux sociaux, est-il suggéré. Aucun pronostic quant à son suivi n’a été avancé pendant le forum.

De l’avis des observateurs, l’option de la paralysie de tous les secteurs ne semble pas faire son chemin à Constantine. Certains manifestants abordés lors du 42e acte de la contestation n’auraient pas encore tranché cette question. D’autres sont peu enclins à cette solution «extrême» pour cause de risques de tension sur les transports, les produits alimentaires et autres. «Le rejet de la mascarade de jeudi prochain est un devoir national. Notre mouvement est pacifique et le demeurera, la grève générale est une escalade pacifique pour stopper le recyclage des résidus du système», avertit un autre intervenant. Reste à savoir si les intentions seront suivies de faits. A Constantine, le hirak sera aujourd’hui face à un véritable test. 

S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!