Annaba : «Non au bradage du pétrole, non à l'élection présidentielle» | El Watan
toggle menu
lundi, 11 novembre, 2019
  • thumbnail of elwatan11112019


Annaba : «Non au bradage du pétrole, non à l’élection présidentielle»

16 octobre 2019 à 10 h 02 min

Comme d’habitude, les étudiants ont marché, hier, à Annaba, où, vers 11h30, ils se sont rassemblés sur le Cours de la Révolution. Des dizaines de citoyens se sont joints à eux pour faire la boucle de la plus importante place publique de la wilaya.

Ainsi, à la marche du 34e mardi, ils étaient plusieurs dizaines, sinon des centaines. La foule était composée, outre d’étudiants de l’université Badji Mokhtar de Annaba, de femmes et d’hommes venus en soutien aux marcheurs. D’un ton coléreux qui n’a épargné aucune figure du système en place, ils ont réitéré leur rejet ferme et catégorique de l’élection présidentielle du 12 décembre prochain. Au mégaphone, ils ont scandé : «Pas de vote avec les dinosaures !» «Pas de vote avec leAs habitués des casse-croûtes !» «Il n’y aura pas d’élection sans notre consentement !» «Un Etat civil pas militaire !» ou encore : «Le peuple veut son indépendance !» A travers d’autres slogans virulents, les manifestants ont tiré à boulets rouges sur le gouvernement Bedoui qui, selon eux, agit contre la volonté du peuple. «La loi sur les hydrocarbures à la poubelle !» «L’Algérie n’est pas à vendre !» «L’histoire vous jugera !» et «Non au bradage de notre pétrole aux multinationales !» ont-ils crié à qui voulait les entendre.

Brandissant des pancartes, des banderoles et l’emblème national, les manifestants ont appelé à la libération des détenus du hirak et de l’opinion : «Libérez nos frères», «Libérez les détenus d’opinion»… Rencontrés sur le perron du Théâtre régional de Annaba, d’autres étudiants mêlés à des avocats ont constaté à l’unanimité : «Nos dirigeants tentent par la force de brader les richesses des générations futures aux multinationales. Ce coup de force témoigne que le système en place veut corrompre les Occidentaux pour imposer aux Algériens son diktat. Nous sommes là pour nous ériger contre ce bradage, car l’Algérie n’est pas leur propriété, encore moins à vendre. Elle appartient à tous les Algériens qui, eux, ont un droit de regard sur l’avenir de leurs enfants.» Midi passé, les manifestants se sont dispersés dans le calme avec la promesse de revenir sur la même place publique vendredi prochain pour manifester contre ce système jusqu’à son départ définitif. 


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!